L’hôpital d’Amqui a été l’un des premiers établissements publics à convertir son système de chauffage à la biomasse forestière.

Chauffage à la biomasse: le cas de l’hôpital d’Amqui

AMQUI – Il y a dix ans, l’hôpital d’Amqui, dans La Matapédia, a converti son système de chauffage à la biomasse forestière résiduelle. En s’associant à la Coopérative forestière de la Matapédia qui en assume la gestion et l’approvisionnement, l’établissement devenait l’un des premiers au Québec à intégrer un tel modèle d’énergie pour se chauffer.
Simon Roy, directeur général de la Coopérative forestière de la Matapédia, estime que le chauffage à la biomasse est une filière très intéressante.

«On gère l’installation, explique le directeur général de la Coopérative forestière de la Matapédia, Simon Roy. On est l’opérateur de la chaufferie, on fait les entretiens, les réparations et toutes les manutentions qu’il y a à faire sur les appareils.»

À l’automne 2009, 1,260 millions$ ont été investis pour un bâtiment, deux chaudières de combustion et une réserve souterraine. «On utilise à peu près 1 000 tonnes anhydres de biomasse forestière résiduelle par année», quantifie l’ingénieur forestier. En substituant le système de chauffage au mazout lourd par la biomasse forestière, le projet a permis à l’hôpital de réaliser des économies de 120 000$ par année.

«C’est une filière intéressante qui a une visée régionale, estime M. Roy. On veut donner un volet régional à l’aspect environnemental pour substituer des produits pétroliers par une énergie qui est locale, qui est verte, qui est disponible et qui apporte des économies régionales et du travail à valeur ajoutée en région.» La Coopérative forestière approvisionne également l’hôpital de Mont-Joli en biomasse pour son chauffage.