Des revenus à planifier

Lorsque le contribuable a beaucoup de placements dans les REER et autres régimes à report d’impôt, il a tout intérêt de bien planifier les décaissements pour ne pas perdre des avantages des revenus comme la pension du Canada et des crédits gouvernementaux, car en plus de rembourser les montants reçus en trop, il devra payer une pénalité.

En 2018, si le revenu net est supérieur à 75 910 $, le contribuable devra remettre une partie des sommes reçues du régime de pension de sécurité de la vieillesse. 

«Si le revenu net excède 122 843 $, il devra rembourser la totalité des sommes de la pension de sécurité de la vieillesse, explique Mme Karine Précourt, directrice, planification fiscale et successorale de Placements Mackenzie. «Il faudra faire les remboursements entre juillet 2019 et juin 2020. Il faudra remettre 0,15 $ sur chaque dollar dépassant le seuil de 75 910 $.»

Par exemple, la somme à rembourser entre 122 843 $ et 75 910 $ pourrait représenter un montant de plus de 7000 $.

«S’il a un revenu supérieur au seuil maximal de récupération (en 2018, il est de 122 843$), il doit rembourser la totalité de la PSV qu’il a reçue. Ce remboursement partiel ou total pour l’année 2018 se fera entre juillet 2019 et juin 2020», précise Mme Précourt.

 Karine Précourt, directrice, planification fiscale et successorale de Placements Mackenzie.

«Trop d’argent dans les REER, les régimes de pension agréés [RPA] et autres véhicules de placement à report d’impôt fera perdre d’importants revenus des programmes et crédits gouvernementaux au moment de la retraite. C’est pourquoi les jeunes travailleurs ont tendance à investir dans les véhicules comme le CELI qui offre une plus grande flexibilité. Il faut voir son taux d’impôt pendant la vie active comparativement à ce qu’il sera au moment de la retraite. Si les revenus sont élevés pendant la vie professionnelle, le REER représente un choix intéressant», ajoute Mme Précourt. 

Souvent, en début de carrière, les dépenses courantes avec les enfants ou pour la maison sont plus importantes que l’achat de REER. D’où l’importance d’une bonne planification pour définir ses objectifs pour la retraite, mais aussi les objectifs pendant la vie active. Les besoins à court et long terme permettront de planifier les épargnes selon les véhicules de placements les plus avantageux selon les périodes.

Les fonds des travailleurs

Dans le choix des véhicules d’investissement, les contribuables pourraient envisager la contribution à des  fonds des travailleurs comme ceux de la FTQ et de la CSN.

Le montant annuel total de la contribution est de 5000 $. Cependant, ces fonds offrent deux types d’avantages.

Le fonds de solidarité FTQ donne des crédits d’impôt de 30 %, 15 % au fédéral et 15 % au Québec. Dans le cas du fonds d’action de la CSN, les crédits sont de 35 %, soit 15 % au fédéral et 20 % au Québec. 

Si le contribuable investit dans ces fonds par son REER, il bénéficiera en plus de la déduction d’impôt pour le REER. Ce sont des fonds intéressants comme placement hors REER et en REER avec des crédits d’impôt jusqu’à l’âge de 64 ans. Mais il faut que cela fasse partie d’une stratégie de planification financière, indique Mme Précourt.