Le mercredi 10 octobre, au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack, la direction de l’Université a honoré dix professeurs maintenant retraités. En 2018, l’Université leur avait décerné la plus haute reconnaissance qu’elle peut accorder à un membre du corps professoral, celle de professeur émérite. Ce sont, à l’avant: Diane Parent, Joan Glenn, Marie-France Ebacher et Thérèse Di Paolo-Chênevert. À l’arrière: Suzanne Hardy-Lemieux, épouse de Denis Lemieux (troisième à partir de la gauche), Jacques Huot, Louis Painchaud, Michel Vézina, Serge Leroueil et Gérard Hervouet. À l’arrière, les professeurs émérites étaient entourés, à gauche, par le vice-recteur adjoint à la recherche, à la création et à l’innovation, Michel J. Tremblay, et par le vice-recteur aux affaires externes, internationales et à la santé, Rénald Bergeron. À l’arrière droit se trouvaient la vice-rectrice aux ressources humaines, Lyne Bouchard (troisième à partir de la droite), le vice-recteur à l’administration, André Darveau et la rectrice Sophie D’Amours.

De la durabilité sociale de l’agriculture aux manuscrits coptes de Nag Hammadi

Dix professeurs de carrière, issus de huit facultés et nommés émérites en 2018, sont honorés par l’Université
Ce contenu est produit par l'Université Laval.

Maladie de Parkinson, santé au travail, pédagogie universitaire, durabilité sociale de l’agriculture, pédagogie des sciences de la santé, manuscrits coptes de Nag Hammadi, continent asiatique, géotechnique, traitement du cancer, droit administratif: ce sont là les vastes champs de recherche auxquels 10 professeurs, honorés le mercredi 16 octobre au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack, ont consacré leur vie professionnelle. Retraités, ces professeurs-chercheurs ont reçu en 2018 la plus haute reconnaissance que l’Université Laval peut accorder à un membre du corps professoral, celui de professeur émérite. Ce sont Thérèse Di Paolo-Chênevert, Marie-France Ebacher, Joan Glenn, Gérard Hervouet, Jacques Huot, Denis Lemieux, Serge Leroueil, Louis Painchaud, Diane Parent et Michel Vézina.

Thérèse Di Paolo-Chênevert
Faculté de pharmacie

Le nom de Thérèse Di Paolo-Chênevert était bien connu dans le milieu de la recherche en neurosciences, plus particulièrement en ce qui concerne la compréhension des mécanismes responsables de la maladie de Parkinson. Ses recherches des effets des estrogènes au cerveau dans des régions impliquées dans cette maladie ont bénéficié d’une reconnaissance mondiale. La crédibilité scientifique de Thérèse Di Paolo-Chênevert venait également de sa participation maintes fois renouvelée à titre d’experte auprès de conseils, d’organismes subventionnaires ou de comités éditoriaux. Elle a publié 300 articles dans des revues scientifiques avec comité de lecture et plus de 475 résumés de résultats de recherche.

Marie-France Ebacher
Faculté des sciences infirmières

Marie-France Ebacher a consacré sa carrière à la pédagogie universitaire et à la formation des étudiantes en sciences infirmières. Elle a notamment instauré l’apprentissage par problèmes, conçu le programme d’enseignement clinique et introduit la simulation au laboratoire ainsi qu’au Centre Apprentiss. En collaboration avec d’autres partenaires de la région, elle a élaboré le programme de formation infirmière intégrée DEC-BAC, tout en participant au processus d’évaluation des programmes de baccalauréat en sciences infirmières. Marie-France Ebacher a également contribué au développement des programmes d’infirmières praticiennes spécialisées et du doctorat en sciences infirmières.

Joan Glenn
Faculté de médecine

La mise en œuvre, à l’échelle du Québec, du programme de formation de médecins des Premières Nations et des Inuits du Québec constitue l’un des faits saillants de la carrière de Joan Glenn. Ce programme instauré par l’Université Laval obtient un franc succès depuis une dizaine d’années. Durant sa longue carrière, Joan Glenn a joué un rôle très important relativement à la mise sur pied de cours novateurs ayant pour objet le développement du jugement et du raisonnement clinique centré sur la personne. Elle a publié 25 articles scientifiques et fait 39 communications. Elle était active au sein de plusieurs conseils et sociétés, notamment à la Société canadienne de biochimie et de biologie moléculaire et cellulaire.

Gérard Hervouet
Faculté des sciences sociales

Au Département de science politique, Gérard Hervouet était reconnu comme l’expert en titre pour le continent asiatique. Sa renommée dépassait les frontières. Il a notamment donné plusieurs cours en Chine et à Singapour, de même qu’en Australie, en Pologne et en France. Son approche pluridisciplinaire lui a permis de mieux saisir les contextes croisés de modernité et de tradition en Asie. En des dizaines d’occasions, Gérard Hervouet a prononcé des conférences dans cette partie du monde. Sur 108 livres et articles qui portent sa signature, une majorité est consacrée au continent asiatique. Certains de ses ouvrages ont attiré l’attention de chercheurs experts en Asie orientale. Cette reconnaissance lui a ensuite permis, en Asie, de rencontrer personnellement des dirigeants politiques.

Jacques Huot
Faculté de médecine

Depuis une quinzaine d’années, les meilleurs chercheurs francophones du Canada travaillant sur la signalisation cellulaire échangent au sein de Signalisation Québec, un réseau créé par Jacques Huot, un expert dans les domaines de recherche liés au traitement du cancer. Pendant plus de 40 ans, il a reçu pour ses travaux le soutien financier des principaux organismes subventionnaires du Canada. Ses recherches ont notamment permis de mieux comprendre la signalisation qui contrôle la résistance cellulaire au stress. Sur le plan de l’enseignement, Jacques Huot a créé et géré des cours aux cycles supérieurs en biologie moléculaire et cellulaire. Auteur d’une centaine de publications scientifiques, il a aussi fait 220 communications lors de congrès.

Denis Lemieux
Faculté de droit

Durant ses 40 années à la Faculté de droit, Denis Lemieux a contribué à la formation de centaines de juristes. Il a également rédigé une centaine de publications ainsi que trois ouvrages phares en droit administratif. Esprit curieux et fécond, il aura su aussi bien ancrer le droit administratif dans le droit civil moderne du Québec qu’aborder les nouveaux défis que posent au droit public la protection de l’environnement et la mondialisation des échanges commerciaux. Denis Lemieux a été membre du Tribunal canadien des droits de la personne pendant plusieurs années. Il a aussi participé aux travaux de la Commission de réforme du droit du Canada. En 2014, il a reçu le Mérite du Barreau du Québec ainsi que le titre d’avocat émérite.

Serge Leroueil
Faculté des sciences et de génie

Le professeur Serge Leroueil était reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes de la géotechnique. Ses travaux de recherche ont porté sur la nature et le comportement des argiles molles, de même que sur les sols structurés, non saturés et compactés. Entré au Département de génie civil en 1980, il a dirigé ou codirigé 70 étudiants aux cycles supérieurs durant sa carrière. Il a également signé quelque 300 articles techniques. Le financement des travaux de Serge Leroueil est venu des organismes subventionnaires, mais aussi de ministères et d’Hydro-Québec. En 2013, il a reçu la médaille Legget de la Société canadienne de géotechnique. Il travaille présentement à l’achèvement de deux ouvrages techniques, l’un avec un chercheur italien, l’autre avec un chercheur britannique.

Louis Painchaud
Faculté de théologie et de sciences religieuses

Les manuscrits coptes de Nag Hammadi, l’Évangile de Judas, l’apocalyptique juive et chrétienne, ainsi que des éditions critiques: la carrière de Louis Painchaud a été parsemée de travaux largement cités et qui ont fait autorité. Sous sa direction, de 1999 à 2019, pas moins de 23 volumes furent publiés dans la collection Bibliothèque copte de Nag Hammadi. Ses nombreuses réalisations lui ont amené un rayonnement international. Il a été professeur invité en France, au Brésil, en Norvège et en Israël. Au niveau facultaire, il a joué un rôle central dans le développement et la structuration des programmes. Il prépare actuellement deux ouvrages, l’un sur l’Évangile selon Philippe, l’autre sur l’Évangile de Judas.

Diane Parent
Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation

Le transfert de ferme, l’établissement des jeunes, la situation des agricultrices et l’acceptabilité sociale de l’agriculture: Diane Parent était considérée comme une visionnaire et une précurseure en matière de durabilité sociale de l’agriculture. Elle fut également avant-gardiste en enseignement. Dès 1996, elle lançait la première formation universitaire sur l’éthique et la déontologie appliquée à la pratique agronomique. Plus tard, elle instaurait le premier programme de recherche interdisciplinaire sur l’agriculture durable. Sur le plan social, elle a collaboré à la mise en place de la première politique jeunesse lancée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.

Michel Vézina
Faculté de médecine

Au Département de médecine sociale et préventive, Michel Vézina était reconnu comme un bâtisseur. Au cours de ses 33 années de carrière à l’Université, il a créé des groupes de recherche et mis en place des conditions favorables pour explorer, sous divers angles, les problématiques de santé publique, plus particulièrement en matière de santé au travail. Comme chercheur, il a publié 101 articles scientifiques. Il a également établi des ententes de partenariat avec différents établissements d’enseignement et été responsable d’un accord-cadre avec l’Université de Lille. Sur le plan administratif, il a notamment été directeur de la santé publique de la région de la Capitale-Nationale et présidé le bureau de direction de l’Enquête Santé Québec.

Consulter les profils complets des professeurs émérites