Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Danny Gélinas
La Voix de l'Est
Danny Gélinas
Retenez bien le nom de la jeune Yasmeen Setlakwe, une étoile montante dans le domaine du marketing et de la publicité, elle qui travaille maintenant pour l’organisation des Lions de Trois-Rivières de la East Coast Hockey League.
Retenez bien le nom de la jeune Yasmeen Setlakwe, une étoile montante dans le domaine du marketing et de la publicité, elle qui travaille maintenant pour l’organisation des Lions de Trois-Rivières de la East Coast Hockey League.

Yasmeen Setlakwe dans la fosse aux Lions… de Trois-Rivières !

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / La scène se passe mercredi de la semaine dernière.

Au souper, notre petit bonhomme dans l’une de ses nombreuses discussions sur le hockey – de loin son sujet préféré ! – m’a lancé tout bonnement :

« Papa, tu te souviens il y a quelques semaines quand j’avais participé à un concours pour trouver un nom pour l’équipe de Marc-André (Bergeron, un ami et fils d’André, alias “Togo” !) à Trois-Rivières dans la “East Coast” (East Coast Hockey League) ? J’ai reçu une réponse ce matin : une madame du club qui s’appelle Yasmeen Setlakwe m’a écrit. C’est bizarre, elle porte le même nom que “Setlakwe les meubles” en face du Grand Bazar, penses-tu que c’est parent ? »

Ma femme et moi n’avons pu retenir notre rire, surpris d’une telle affirmation, car habituellement dans notre famille, ce genre de remarque proviendrait de ma bouche. Comme quoi la pomme ne tombe jamais bien loin du pommier…

-« Oui, “Sid” ! Non seulement elle est parente, c’est la fille de Gabriel l’un des deux propriétaires de l’entreprise. Et tu sais quoi ? Je lui ai déjà enseigné à elle ainsi qu’à son petit frère Salim il y a quelques années au Verbe Divin. Trouve-moi son adresse courriel, tu veux ? Je vais lui écrire… », lui répondis-je.

- « Pas de problème ! Comme vous dites, maman et toi : “Hé que le monde est petit !” »

-« Pfff… »

Enseigner à Yasmeen Setlakwe, c’était du bonbon. Élève dont les résultats étaient au-dessus de la moyenne, elle était toujours souriante et surtout, très polie.

Comme on dit chez nous : une « bonne petite fille »…

Lorsque j’ai appris sa venue avec l’organisation qui se nomme dorénavant les Lions de Trois-Rivières, la toute dernière concession à avoir joint la East Coast Hockey League, je ne fus pas nécessairement surpris, elle qui excellait déjà à un jeune âge dans les relations humaines.

Par contre, peut-être avais-je mal compris à l’époque puisque j’avais cru qu’elle se destinait vers le domaine de la criminologie.

Ceci étant dit, je suis néanmoins persuadé qu’elle fera une excellente carrière dans celui rattaché aux communications.

« Après avoir fait mes 5 années au Verbe, je me suis dirigée vers Ottawa afin de poursuivre mes études dans un collège appelé La Cité collégiale au sein du programme de Publicité, communications et marketing. Contrairement au curriculum de cours obligatoires que l’on doit absolument suivre dans tous les cégeps du Québec, à savoir ceux de Français, Philosophie et d’Éducation physique afin d’espérer obtenir ton diplôme, à Ottawa, on s’immisçait immédiatement dans notre champ d’études, ce qui a fait en sorte que tous mes cours étaient concentrés en publicité, communications et en marketing. La somme de toutes les connaissances que j’ai acquises là-bas a été tout simplement phénoménale, en plus d’avoir touché de façon très concrète à ces profils-là en vertu des nombreux travaux pratiques. Les enseignants n’avaient pas peur de nous mettre rapidement dans le bain ! », m’a résumé la principale intéressée de manière très imagée.

« Après mes deux années à la Cité collégiale, j’ai eu cependant le goût de revenir au Québec, car dans ce temps-là, mon but était de reprendre l’entreprise familiale (Les Meubles Setlakwe). J’avais le choix entre l’Université de Montréal ou l’Université du Québec à Trois-Rivières et j’ai finalement choisi cette dernière, car je connaissais un peu la ville. J’ai fait une première année en administration, mais j’avais le sentiment de passer à côté de quelque chose, car la publicité et les communications, je crois vraiment avoir ça en dedans de moi. Je me suis donc redirigée vers les communications. »

« À la fin de mon stage, coupé de moitié en raison de la pandémie, je suis revenue à Granby afin de travailler une année complète pour le Groupe Bernier au département des communications. Bien que j’ai vraiment apprécié mon séjour avec eux, je souhaitais toucher en ce qui a trait à l’événementiel alors, je me suis mise à chercher à Montréal, Québec et Trois-Rivières. »

« Puis un bon jour, j’ai vu que la nouvelle équipe de Trois-Rivières était à la recherche d’une personne pour gérer ses réseaux sociaux ainsi que ses placements-médias. J’ai donc postulé en ce qui concerne le placement-médias et au bout d’un processus d’entrevue qui a duré en tout près de trois semaines, j’ai obtenu l’emploi avec le résultat que je suis en poste depuis maintenant un mois », a-t-elle poursuivi, non sans fierté.

Du côté du chroniqueur, grâce à ses nombreux espions en Mauricie (sa région natale !), il peut vous certifier que la jeune Setlakwe effectue du très bon travail, car la formation est en effet « the new talk in town », en ce sens que l’on ne parle que de la venue de l’équipe dans la capitale mondiale des pâtes et papiers !

Avec des couleurs et un logo sensationnels, eux qui ne sont pas sans rappeler le volet historique de la ville (administrée par mon vieux chum Jean Lamarche) ainsi qu’une formation misant avant tout sur des joueurs québécois, elle connaîtra assurément le succès.

« Avec mes bureaux qui sont dans le nouveau Colisée, je sens que l’on me fait beaucoup confiance, car j’ai déjà reçu un grand nombre de tâches jusqu’à maintenant. Cela a débuté avec le travail entourant le lancement des couleurs de l’équipe qui lui a eu lieu la semaine dernière et sincèrement, je crois que ça ne dérougira pas !

Travaillante en plus d’être une joueuse d’équipe fantastique, ne vous surprenez pas de la voir gravir les échelons du monde du sport un à un, et ce, dans un avenir rapproché…