«J’ai beau avoir l’âge que j’ai, je fais ma boxe amateur chez les pros. J’apprends à chaque combat, je découvre de nouvelles choses sur Yan le boxeur à chaque bataille», explique Pellerin.

Yan Pellerin en veut encore !

Yan Pellerin livrera son cinquième combat de l’année samedi après-midi au Cabaret du Casino de Montréal. Et avant de prendre une pause de quelques mois, il désire ajouter une quatrième victoire à sa fiche.

« Je suis prêt pour retourner à la guerre une dernière fois en 2018, explique le Granbyen de 38 ans. Le camp d’entraînement s’est bien déroulé et je suis en forme dans ma tête comme dans mon corps. »

Dans un affrontement de poids lourds-légers, Pellerin a rendez-vous avec Michael Robertson, de Phoenix en Arizona, qui a perdu le seul combat qu’il a disputé en boxe. À l’instar de son adversaire, il s’agit d’un transfuge des arts martiaux mixtes, où il a cumulé un dossier respectable de cinq victoires et quatre défaites.

« J’ai vu des images de ses performances sur le web, reprend Pellerin. C’est un bonhomme qui décoche beaucoup de coups, qui frappe lourdement et qui ne se gêne pas pour foncer sur son adversaire. Je ne m’attends pas à ce que ce soit facile. Je vais prendre une minute ou deux pour l’analyser en début de combat et je vais ajuster ma stratégie en conséquence. »

Pellerin a remporté trois de ses quatre premiers combats, mais il est toujours à la recherche de son premier KO. S’il a hâte que ça arrive, il affirme qu’il n’en fait pas une maladie.

« J’ai beau avoir l’âge que j’ai, je fais ma boxe amateur chez les pros. J’apprends à chaque combat, je découvre de nouvelles choses sur Yan le boxeur à chaque bataille. Mes entraîneurs me disent que je suis sur la bonne voie et que si je continue à bien progresser, les KO vont arriver par eux-mêmes. »

Laszlo Marien a repris sa place comme principal entraîneur de Pellerin. Sabrina Aubin, elle-même boxeuse, et Stéphan Larouche n’étaient jamais trop loin non plus.

Vers 2019

Après son combat de samedi, Yan Pellerin prendra enfin une pause. Il ira dans le Sud et il se fera un voyage en Europe avec ses enfants. Mais il a déjà des plans précis en vue de 2019.

« L’an prochain, j’aimerais me battre trois fois en boxe et trois fois en arts martiaux mixtes », dit-il.

Pellerin ne lâche pas. On le répète, il est dans une forme physique remarquable. À l’aube de la quarantaine, il a de quoi donner des complexes à peu près à tout le monde en petite tenue.

« J’adore boxer, mais j’ai encore de l’intérêt pour les arts martiaux mixtes. Et je tiens à ramener ma fiche dans le positif. »

Son dossier en arts martiaux mixtes est de 11 victoires et 13 défaites. Il a toutefois remporté ses deux derniers combats.