À six pieds et 220 livres, Anthony Wojcik répond parfaitement à l’appellation de « power forward ». Il a amassé 14 points en autant de matchs jusqu’ici avec les Inouk.

Wojcik se sent utile aux Inouk

Patrice Bosch était très heureux lorsqu’il a mis la main sur Anthony Wojcik au début janvier après que celui-ci eut été retranché par les Remparts de Québec. Et on a rapidement compris qu’il avait effectivement fait un bon coup lorsqu’il avait acquis ses droits des Flames de Gatineau en juin.

À six pieds et 220 livres, Wojcik répond parfaitement à l’appellation de « power forward ». Il patine bien, il a de belles qualités offensives et il brasse. Ce type de joueurs constitue une denrée très rare dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec.

« Franchement, je suis content de la manière dont ça se passe depuis que je suis débarqué à Granby, a expliqué celui qui a amassé 14 points, dont huit buts, en autant de matchs jusqu’ici avec les Inouk. Je savais que je me joignais à une bonne équipe, mais je me suis vite rendu compte que j’avais affaire à un bon groupe de gars, à de bonnes personnes. J’ai été très, très bien accueilli et ça a grandement facilité mon adaptation. »

Wojcik, un athlète de Saint-Hubert, avoue qu’il a bien sûr été déçu lorsque les Remparts lui ont indiqué le chemin de la sortie.

« Ça a été dur à accepter. La LHJMQ, ça reste la LHJMQ. Mais je n’étais pas au sommet de ma forme en raison d’une blessure [qu’il n’a pas voulu identifier] et je n’ai pas pu me faire vraiment justice à Québec cette saison. Mais là, tout est beau, je me sens très bien et je me sens utile aux Inouk. »

Wojcik n’avait disputé que neuf petits matchs (au cours desquels il a marqué un but) avec les Remparts. Auparavant, il avait porté l’uniforme des Huskies de Rouyn-Noranda et des Wildcats de Moncton après avoir été repêché par les Islanders de Charlottetown. Il n’a jamais réussi à s’imposer véritablement dans la LHJMQ.

Une défaite dure à avaler
Selon Anthony Wojcik, les Inouk ont tout ce qu’il faut pour jouer longtemps ce printemps. Mais jeudi midi, il avait encore sur le cœur la défaite de 5-3 subie face aux Cobras de Terrebonne la veille.

« On aurait dû gagner ce match-là, a-t-il lancé. Les Cobras ont marqué deux buts chanceux et on s’est fait refuser un but [Anthony Chicoine] qui était clairement bon. On sait qu’on peut battre Terrebonne, ce n’est pas une équipe qui nous intimide ou qui nous impressionne. La seule chose, c’est qu’il faudra peut-être gérer un peu mieux nos émotions... »

Puisque le match qui aurait dû être présenté il y a une semaine face aux Montagnards de Saint-Gabriel-de-Brandon ne sera pas repris, les Inouk (34-9-4) disputeront leur dernière rencontre du calendrier régulier vendredi soir contre le Collège Français de Longueuil au centre sportif Léonard-Grondin. S’ils ne pourront battre le record d’équipe pour le plus petit nombre de défaites en une saison (13), ils battront toutefois celui pour le plus petit nombre de revers subis à la régulière, qui était de 11. Ils auront toutefois réussi l’exploit en 48 parties alors que les Inouk de 2011-2012 et ceux de 2013-2014 avaient disputé respectivement 49 et 52 matches.

« Les séries s’en viennent et c’est l’fun, a repris Anthony Wojcik. Je pense qu’on est rendus là. On est prêts. »

Il est déjà acquis que les Inouk, après avoir profité d’un laissez-passer pour le premier tour, croiseront le fer avec les Braves de Valleyfield en ronde quart de finale.