Champion en titre de la série Super DIRTcar, l'Ontarien Mat Williamson (no 6 sur la photo) a signé sa première victoire à Granby samedi. Il a ainsi stoppé la domination de François Bernier (no 49), qui avait remporté les deux premières finales de la saison chez les modifiés.
Champion en titre de la série Super DIRTcar, l'Ontarien Mat Williamson (no 6 sur la photo) a signé sa première victoire à Granby samedi. Il a ainsi stoppé la domination de François Bernier (no 49), qui avait remporté les deux premières finales de la saison chez les modifiés.

Williamson stoppe la domination de Bernier à l'Autodrome

Avec un peloton record de 38 voitures chez les modifiés à l'Autodrome Granby samedi soir, François Bernier avait fort à faire afin de remporter une troisième victoire en autant de finales cette saison. Parti huitième, le pilote de Saint-Hyacinthe est remonté jusqu'au troisième rang, mais c'est plutôt l'Ontarien Mat Williamson qui a volé la vedette en enlevant les grands honneurs du COVID-Mania 40, le troisième programme présenté à huis clos à la piste de la rue Cowie.

Il s'agissait d'un premier triomphe en sol granbyen pour Williamson, champion en titre de la série Super DIRTcar. Les huit heures de route qu'il a dû faire pour s'amener dans la région semblaient bien secondaires au terme de cette finale.

« J'aime venir au Québec et je suis très heureux de gagner ici. J'ai reçu un excellent accueil et ça rend mon voyage encore plus agréable », a indiqué celui qu'on surnomme « Money » en entrevue avec le reporter-maison Dave Paryzo.

Les vedettes de la série Super DIRTcar devaient incidemment courir sur la piste de la rue Cowie cette semaine, mais leur visite a été annulée en raison de la pandémie.

« On vit un cauchemar présentement. On a travaillé tellement fort pour développer la série... Par contre, la crise nous permet de passer plus de temps avec nos proches. Ça reste le plus important », a ajouté Williamson.

Même s'il a été devancé par son frère Steve samedi, François Bernier s'est dit satisfait de sa troisième position.

« Je suis parti de plus loin, mais j'ai pu m'insérer dans le top-3 assez rapidement. Les deux voitures devant moi étaient probablement plus rapides », a-t-il souligné.

«La mienne manquait un peu de traction à l'arrière par rapport aux deux premiers programmes.»

David Hébert a terminé quatrième, suivi de Steve Bernard.

Moïse Pagé s'impose

Un incident inquiétant est ensuite survenu lors de la finale de la classe sportsman. Le bolide de Steven Lajoie a percuté le muret de protection, puis celui de Junior Mailhot s'est retrouvé sur le capot. Les deux pilotes ont quitté la piste sur leurs deux pieds, mais Lajoie semblait très ébranlé.

La course a finalement été remportée par Moïse Pagé.

« Je conduisais une vraie fusée ce soir. Tout a bien fonctionné, mais Alex (Lajoie) n'était pas loin. Il est bon et je savais que ça n'allait pas être facile », a-t-il raconté.

Even Racine a complété le trio de tête.

Lors de la première finale à l'horaire, en sport compact, Alexis Charbonneau a obtenu sa deuxième victoire de la saison, lui qui s'était déjà imposé dans le cadre du COVID-Destroyer 50 le 20 juin dernier. Charbonneau a profité des difficultés de Mathieu Voghell, alors meneur, à l'occasion d'une relance avec 11 tours à faire. Auteur d'une belle remportée, Voghell a néanmoins fini troisième, derrière Danick Sylvestre.

Une chaude lutte chez les pro-stock est venue clore la soirée. Pascal Payeur a franchi le fil d'arrivée en premier, devant Yves Hamel et Bruno Cyr. Quelques heures plus tôt, Payeur confiait avoir « pilé sur son orgueil» en revenant à Granby, alors qu'il prévoyait courir uniquement du côté de Cornwall cet été.

Des amateurs aux premières loges

En raison d'un achalandage plutôt décevant lors des deux premiers programmes à huis clos cette saison, les dirigeants de l'Autodrome ont abandonné le concept « ciné-parc » en vue de samedi. Ils proposaient plutôt une formule « repas/courses ». Une quarantaine d'amateurs ont donc pu suivre l'action à partir des dix loges situées au-dessus des gradins vides.

Même s'il se déplace à la piste de la rue Cowie «depuis au moins quarante ans », Pierre Dufault en était à sa première expérience dans une loge.

« J'aime pas mal toutes les catégories ici. La piste est belle la plupart du temps, donc ça donne un bon spectacle », a souligné le résident de Sorel-Tracy, partisan de l'équipe de David Hébert.

Marthe Archambault était quant à elle venue encourager son fils, Dany Voghel, dans la classe pro-stock.

« On a regardé les deux premiers programmes en ligne, mais ça ne se compare pas à l'ambiance sur place ! On est très heureux de revenir ce soir. , a-t-elle lancé.

225 clients pour la webdiffusion

Un total de 225 internautes ont payé pour suivre la webdiffusion du COVID-Mania 40. Il s'agit d'une légère hausse par rapport à la soirée du 4 juillet (201 visionnements), mais on demeure assez loin du pic observé le 20 juin (360 visionnements).

Promoteur et copropriétaire de l'Autodrome Granby, Dominic Lussier attendait de voir le niveau d'engouement avant de s'engager à tenir une autre soirée sans spectateur. Il devrait se prononcer au cours des prochains jours.