«J’invite n’importe qui à venir visionner les deux combats avec moi. Et j’ai la conviction que tout le monde va me dire que Charles et Dimitri méritaient tous les deux clairement la victoire», explique Dirk Waardenburg, qui n’a clairement pas apprécié ce qu’il a vu dans l’Ouest.

Waardenburg: «On s’est fait voler !»

Pour de nombreux Québécois, un voyage dans l’ouest du pays peut s’avérer une merveilleuse aventure. Pour Charles Hauver et Dimitri Waardenburg, de même que pour leur entraîneur Dirk Waardenburg, l’Ouest a été synonyme de… frustration.

À Edmonton, samedi, Hauver a livré un verdict nul à Julian Klima chez les super-moyens alors que Waardenburg, lui, s’est incliné par décision unanime des juges face à Robbie Cusine chez les super-légers. Les deux affrontaient des boxeurs locaux dans le cadre de combats de quatre rounds.

On savait depuis quelques semaines qu’Hauver allait se battre à Edmonton. Le combat de Waardenburg, lui, s’est décidé à la dernière minute.

« C’est pas compliqué, on s’est fait carrément voler ! a lancé Dirk Waardenburg de retour à Granby, lundi. Charles a certainement dominé trois des quatre rounds tandis que Dimitri a remporté chacun des quatre. Je le répète, on s’est fait voler ! »

Coach Waardenburg était encore dans tous ses états près de 48 heures plus tard. En fait, on ne l’a jamais vu comme ça.

« J’invite n’importe qui à venir visionner les deux combats avec moi. Et j’ai la conviction que tout le monde va me dire que Charles et mon fils méritaient tous les deux clairement la victoire. Les deux ont forcé le combat, ils ont appliqué les meilleurs coups, on pouvait difficilement leur en demander plus. Mais ils ont été victimes de décisions à saveur locale. Ils affrontaient des boxeurs de la place, les juges étaient de la place… et on est sortis de là Gros-Jean comme devant ! »

Quelque 2000 spectateurs, une salle comble, ont assisté à la soirée présentée au Shaw Conference Center. Waardenburg a parlé d’un événement fort bien organisé et du fait que ses boxeurs et lui ont été très bien reçus. Mais ça s’est gâché dans le ring.

« Les entraîneurs des deux gars sont venus me voir pour me dire que ça avait été très, très serré. Ils n’allaient pas l’avouer, mais ils savaient que leurs protégés avaient perdu. Des observateurs sont venus me dire que c’est vrai que nous nous étions fait voler, que nous avions été victimes de décisions à saveur locale. Malheureusement, ce n’est pas la première fois qu’on voit ça en boxe. »

Ce n’est pas la première fois, en effet. Et il ne s’agit sûrement pas de la dernière non plus.

Hauver a maintenant une fiche d’aucune victoire, une défaite et un verdict nul en boxe professionnelle. Quant à Waardenburg, son dossier est maintenant de 0-2, lui dont le premier combat remontait à… 2012.

Début février, Waardenburg avait annoncé qu’il voulait s’accorder une longue pause après avoir livré 22 combats en arts martiaux mixtes et avoir perdu son combat de championnat face à Jesse Arnett au Centre Bell en décembre. On savait toutefois que la boxe lui tentait.

« Dimitri, comme Charles, va boxer à nouveau bientôt, a révélé Dirk Waardenburg, sans vouloir aller plus loin. Ils savent qu’ils se sont fait voler, mais ils n’ont pas perdu leur enthousiasme et leur envie de se battre. On va les revoir bientôt… »

Selon ce que La Voix de l’Est a appris, les deux pourraient participer au gala du Groupe Yvon Michel présenté en juin au Cabaret du Casino de Montréal.