«Je vais continuer à dire la même chose : ce que nous faisons, c’est pour le bien des pilotes, des équipes et de l’industrie au grand complet», mentionne Dominic Lussier.

W16: Lussier veut rencontrer les pilotes

Dominic Lussier a bel et bien reçu la missive que lui a envoyée le groupe de pilotes mécontents des nouvelles règles qu’il entend introduire la saison prochaine concernant le moteur W16. Et il l’a lue avec intérêt.

« Je l’ai lu avec attention, mais je vais continuer à dire la même chose : ce que nous faisons, c’est pour le bien des pilotes, des équipes et de l’industrie au grand complet », a-t-il expliqué à La Voix de l’Est.

La missive a été envoyée à Lussier, copropriétaire et promoteur de l’Autodrome Granby et du RPM Speedway, à Jean-François Tessier, copropriétaire à Granby et à Saint-Marcel, ainsi qu’à Yan Bussière, promoteur de l’Autodrome Drummond. En 2019, on le sait, les voitures munies d’un moteur W16 vont peser 150 livres de moins que celles munies du traditionnel moteur 358 sur les pistes en question.

Ce que le groupe de pilotes mécontents demande aux promoteurs, essentiellement, c’est qu’ils continuent à appliquer le règlement de la série DIRTcar, qui prévoit 50 livres de moins aux voitures dotées d’un moteur W16 en comparaison avec celles dotées d’un 358. L’opposition ne menace toutefois les promoteurs d’aucun boycott.

Selon la missive, « plus de 30 pilotes » ont signé en faveur du maintien du règlement de DIRTcar. Étant donné qu'une bonne dizaine de pilotes ont déjà acheté un moteur W16, le chiffre apparaît toutefois très élevé.

Dans un échange de courriels avec l’auteur de ces lignes, le vétéran pilote Paul Saint-Sauveur a indiqué la semaine dernière que « personne n’a quoi que ce soit contre le nouveau moteur. Le problème, c’est la façon dont Dominic et Yan imposent leurs lois sans se soucier de nous, ceux qui donnent le spectacle ».

Mieux expliquer

Le motoriste Yves Lafrance, de Cornwall, est à la tête du mouvement de contestation. Et Dominic Lussier, clairement, n’entend pas discuter avec lui.

« Je n’ai rien contre Yves, mais je négocierai pas avec un motoriste, a-t-il repris. Je vais discuter avec plaisir avec nos pilotes, ceux qui sont concernés directement par la situation. J’entends d’ailleurs les convoquer en réunion très bientôt… »

Lussier affirme que les promoteurs ont peut-être intérêt à mieux expliquer les nouvelles règles.

« Peut-être qu’on a fait trop vite, probablement que ça vaut la peine d’avoir une bonne discussion afin de présenter les tenants et les aboutissants de tout ça. Moi, je n’ai jamais fermé la porte à personne qui veut jaser… »