«Je suis fier de moi, mais je suis content pour les gens autour de moi, ceux qui travaillent sur la voiture à toutes les semaines et qui sont dans l’ombre», lance le Saint-Pien Dany Voghel.

Voghel: «Je n'ai pas volé mon championnat»

Tard vendredi soir, Dany Voghel a mis la main sur le titre de champion en classe pro-stock à l’Autodrome Granby.

Voghel, de Saint-Pie, ne possédait qu’un tout petit point d’avance sur Pascal Payeur avant le début de la soirée. Mais après avoir perdu le contrôle de sa voiture lors des qualifications, il a fait les choses en grand en remportant la finale de 30 tours devant Yves Hamel et Bruno Cyr et loin devant Payeur, malheureux huitième.

Voghel en est un autre qui, malgré ses apparences de dur, est un être sensible. Il a d’ailleurs exposé sa sensibilité vendredi soir.

« Je suis profondément heureux, a-t-il dit, les yeux rougis par l’émotion. Je suis fier de moi, mais je suis aussi content pour les gens autour de moi, ceux qui travaillent sur la voiture à toutes les semaines et qui sont dans l’ombre. Merci les boys, ce titre vous appartient autant qu’à moi. »

Voghel a remporté sa cinquième victoire de la saison vendredi. Il a été dominant au cours des dernières semaines.

« Ça n’a quand même pas été une saison facile. Lorsque j’ai été disqualifié en début de campagne, je me suis posé des questions. J’ai jasé avec les gars de mon équipe et on s’est dit: “Bon, qu’est-ce qu’on fait ?” Il a fallu se retrousser les manches. »

Avant le début de la saison, les pilotes de la classe pro-stock ont voté un règlement qui faisait encore jaser vendredi soir à l’Autodrome. Le fameux joker, qui permet à chaque compétiteur d’effacer son pire résultat de la campagne, a ainsi fait oublier la disqualification dont Voghel a fait l’objet.

« Ça a été voté par tous les gars, a repris Voghel. Écoutez, j’ai gagné quatre des cinq dernières courses de la saison. Ce championnat, je ne l’ai pas volé. »

Voghel, on l’a déjà écrit, c’est Monsieur pro-stock. Et il entend continuer à travailler fort afin que survive cette fragile catégorie.

« Je ne lâcherai pas, c’est certain », a-t-il juré.

Rappelons que Steve Bernier, en modifié, et Alex Lajoie, en sportsman, avaient auparavant été couronnés vendredi soir.