À sa première saison avec les Titans, Catherine Berger-Dubé a continué d’être cette défenseure très efficace, qu’on prend rarement en défaut.

Vivre la dynastie des Titans

Catherine Berger-Dubé flotte sur un nuage. Rien de moins.

Avec les Titans du Cégep Limoilou, à Québec, la Granbyenne vient de remporter le championnat collégial de hockey féminin québécois, « un feeling extraordinaire », pour reprendre ses propres mots. Et elle se pince chaque jour parce qu’elle a la chance d’évoluer au sein du meilleur programme de hockey féminin au Québec, dit-elle encore.

« Les Titans du hockey féminin, c’est une véritable dynastie et c’est une grande fierté pour moi de jouer ici », mentionne Catherine en faisant référence au sixième championnat provincial remporté en sept ans par son équipe.

Pour une troisième année de suite, les Titans n’ont pas perdu un seul match en séries, elles qui ont gagné leurs 18 dernières parties éliminatoires. En finale, elles ont disposé des Lynx du Cégep Édouard-Montpetit de Longueuil.

« Mais attention, le succès ne vient pas tout seul, reprend Berger-Dubé, qui joue toujours à la défense. On travaille très fort, notre entraîneur [Pascal Dufresne] est exigeant et la défaite n’est pas une option chez nous. On vise l’excellence… tout le temps. »

À sa première saison avec les Titans, Catherine a bien fait les choses, en continuant d’être cette défenseure très efficace qu’on prend rarement en défaut. Elle admet cependant qu’il y a eu une certaine période d’adaptation « parce qu’il y a une bonne coche entre le midget et le collégial ».

« Nous étions trois recrues [sur cinq] à la ligne bleue et j’ai dû faire ma place. Mon temps de glace, j’ai dû le mériter. C’est comme ça que ça fonctionne à Limoilou. »

Les Titans ont remporté rien de moins que leur sixième championnat provincial en sept ans.

Des options 
Catherine Berger-Dubé est un produit du programme des Élites de l’Estrie. Et à la fin de son long séjour avec les Élites, plusieurs options se sont offertes à elle quand est venu le temps de choisir l’endroit où elle allait poursuivre à la fois ses études et sa carrière de hockeyeuse.

« À peu près tous les cégeps m’ont approché, mais j’ai été très surprise quand celui de Limoilou m’a fait signe, raconte-t-elle. Les Titans, c’est gros, c’est le top du top du hockey féminin et je ne m’attendais pas à avoir de leurs nouvelles. Et quand je suis allée les rencontrer, j’avais des étoiles dans les yeux ! »

Berger-Dubé a véritablement eu le coup de foudre lorsqu’elle s’est entraînée avec l’équipe.

« J’ai su que, pour continuer à m’améliorer, il fallait que je travaille avec les meilleures et c’est ce que les Titans m’offraient. Malgré tout, je suis allée rencontrer les gens d’un autre cégep après. Et ça a seulement confirmé que ma place était à Limoilou. »

Catherine affirme qu’elle rêve encore de représenter le Canada aux Jeux olympiques, comme son idole Marie-Philip Poulin.

« Je me suis toutefois rendu compte que ce sera un objectif très dur à atteindre. Mais si je peux continuer à jouer au hockey tout en poursuivant mes études, ce serait déjà très bien… »