Vincent Roy s’est retrouvé sur le terrain des Incroyables cette semaine. Mais cette fois, c’était à titre d’entraîneur.
Vincent Roy s’est retrouvé sur le terrain des Incroyables cette semaine. Mais cette fois, c’était à titre d’entraîneur.

Vincent Roy va apporter son expertise aux Incroyables

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
On ne sait pas s’il y aura une saison de football scolaire. Mais une chose est certaine: s’il y en a une, les Incroyables vont pouvoir compter sur l’expertise d’un joueur qui cogne à la porte des rangs professionnels.

Lui-même un ancien des Incroyables, Vincent Roy a disputé l’automne dernier sa cinquième et dernière saison avec le Vert et Or de l’Université de Sherbrooke. Et n’eût été de l’annulation de la saison dans la Ligue canadienne, le joueur de ligne offensive aurait peut-être disputé sa première campagne avec les Roughriders de la Saskatchewan, qui l’ont repêché en sixième ronde en 2019.

«J’ai moi-même appelé les dirigeants des Incroyables pour leur offrir mes services, a expliqué le Granbyen, qui était sur le terrain avec les juvéniles mercredi. J’ai du temps devant moi, j’ai envie de redonner et j’ai encore le logo de l’organisation sur le cœur.»

Roy, qui s’ajoute au personnel d’entraîneurs, veillera au contrôle de la qualité chez les Incroyables. Il supervisera les opérations.

«Je vais principalement travailler avec les juvéniles, mais je vais aussi passer un peu de temps avec les cadets», a-t-il précisé. 

Mais Roy, diplômé en marketing et en gestion des technologies d'affaires, s’impliquera aussi à l’extérieur du terrain.

«Je veux travailler sur l’image du programme des Incroyables. J’ai des idées pour que nos équipes soient davantage impliquées dans la communauté, par exemple. Je pense que je peux aider.»

Roy était très excité lorsqu’on lui a parlé plus tôt cette semaine. Il est maintenant à espérer que les autorités gouvernementales lui permettront de faire sa part pour le football à Granby.

À la recherche d’un emploi

Vincent Roy ne s’en cache pas : il est à la recherche d’un emploi. Il a envie de travailler chez lui, dans sa région, et dans un des domaines à l’intérieur desquels il a étudié.

«Je veux faire ma vie ici et j’ai hâte d’être véritablement sur le marché du travail. Je rêve encore de jouer au football professionnel, mais il faut que je prépare mon avenir et je sais que je ne jouerai pas au football toute ma vie non plus.»

Donc, si vous êtes à la recherche d’un jeune homme sérieux et éduqué, Vincent Roy attend de vos nouvelles.

Au sujet de l’annulation de la saison de la LCF, l’athlète de 6’5’’ et 285 livres dira enfin qu’il n’est pas tombé en bas de sa chaise lorsqu’il a appris la nouvelle.

«À partir du moment où le gouvernement fédéral a dit non à la demande d’aide financière du circuit, c’était réglé. C’est dommage et ça fait des milliers de malheureux à travers le pays, mais la LCF ne traverse pas sa première tempête et elle a toujours survécu. Et elle survivra encore.»