Vincent Lampron se méfie de l’Everest de la Côte-du-Sud, que les Inouk affronteront mercredi soir. « C’est une équipe qui a une bonne éthique de travail et qui ne lâche jamais », mentionne-t-il.

Vincent Lampron veut la coupe

Vincent Lampron a aimé la façon dont les Inouk ont entrepris les séries éliminatoires, dimanche face au Révolution du Lac Saint-Louis, mais il s’attend à une opposition autrement plus coriace, mercredi soir, à Montmagny, alors que son équipe visitera l’Everest de la Côte-du-Sud.

« C’est une équipe qui a une bonne éthique de travail et qui ne lâche jamais, a expliqué le vétéran défenseur avant la séance d’entraînement des Inouk mardi après-midi. Ils nous ont donné de bons matchs cette saison, particulièrement chez eux. En plus, c’est un long voyage en plein milieu de semaine, ça change notre routine. »

Dimanche, en ouverture du tournoi à la ronde qui fait office de premier tour des séries dans la Ligue de hockey junior AAA du Québec, l’Everest s’est incliné 5-4 à Terrebonne.

« Ils ont poussé les Cobras en prolongation, ça vous donne une idée à quel point il faut prendre cette équipe au sérieux, a repris Lampron. Et comme ils ne voudront pas se retrouver avec une fiche de 0-2, ils vont vouloir encore plus… »

Pendant ce temps, les Inouk ont bien fait les choses face au Révolution. Ils n’affrontaient certes pas une équipe qui aspire aux grands honneurs, mais ils ont dominé, ils ont fait ce qu’ils avaient à faire.

« J’ai surtout aimé notre départ. Ça faisait une semaine que nous n’avions pas joué, on n’affrontait pas la meilleure équipe, mais on est sortis en force. C’est ce que ça prenait et on l’a fait. »

Lampron en est un autre qui ne semble pas en amour avec la formule du premier tour des séries.

« En même temps, ça n’a pas d’importance, la formule. Que ce soit un tournoi à la ronde ou un quatre de sept, il faut gagner nos matchs. Nous, il faut jouer avec la formule qu’il y a, point. »

Surtout, ajoutera-t-il avec conviction, quand la seule option, c’est la coupe.

« On a une bonne équipe, on le sait et on n’est pas là pour finir deuxième, c’est clair. »

Le bon choix

Vincent Lampron s’est retrouvé avec les Inouk après s’être fait dire par les gens des Olympiques de Gatineau de ne même pas prendre la peine de se présenter au camp d’entraînement l’été dernier. Et il a donné à Patrice Bosch exactement ce qu’il attendait, sinon plus : une belle fiabilité à la ligne bleue, de l’offensive et du leadership. Ses efforts ont d’ailleurs fait en sorte qu’il a été élu sur la deuxième équipe d’étoiles de la LHJAAAQ.

« C’est certain que je suis satisfait de ma saison, a-t-il dit. J’espérais contribuer davantage à l’attaque et je l’ai fait (il a amassé 34 points, dont 12 buts, en 41 matchs). Je suis content de m’être retrouvé ici, j’ai fait le bon choix. Ce n’est pas la première fois que je le dis, mais ça reste vrai : c’est une bonne gang de gars et une bonne organisation. Je n’aurais pas voulu jouer ailleurs dans le junior AAA. »

Et Lampron sait ce qui l’attend la saison prochaine : il évoluera avec les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières, notamment en compagnie de William Leblanc. Il jouera chez lui, dans sa ville.

« Les Patriotes, c’est chez nous, mais c’est tellement plus que ça. C’est un excellent programme de hockey et c’est une belle tradition à Trois-Rivières. Ça va être le fun, mais j’ai encore des choses à faire à Granby avant. »

Comme gagner la coupe, genre.

« À 20 ans, à ma dernière saison dans les rangs juniors, ce serait extraordinaire », a-t-il laissé tomber, une étincelle dans les yeux.