« Il se fait vraiment de très bonnes choses ici. Et nos succès sont là pour le prouver », affirme Vincent Gatien.

Vincent Gatien vit de beaux moments avec les Gaiters

À sa première saison au football universitaire, le Granbyen Vincent Gatien vit de beaux moments avec les Gaiters de Bishop’s qui disputeront, en fin de semaine en Nouvelle-Écosse, la finale du circuit des Maritimes.

« Est-ce qu’on peut parler d’une saison de rêve? Ça ressemble à ça !, avoue le joueur de ligne défensive et membre des unités spéciales. Nos succès attirent l’attention sur le programme et ça, je trouve ça l’fun. »

Il faut dire que les Gaiters, qui ont quitté la ligue du Québec il y a quelques années, n’ont pas participé à une finale de conférence depuis… 1994. Ils faisaient encore la lutte aux équipes québécoises à l’époque.

« Nous avons une jeune équipe, nous ne sommes pas les plus gros, mais sommes athlétiques et nous sommes rapides, reprend Gatien, 22 ans. Mais surtout, nous travaillons très fort. »

En finale du circuit des Maritimes, les Gaiters affronteront les Axemen d’Acadia, une tradition du football universitaire canadien.

« Nous ne sommes pas favoris, mais nous nous en allons en Nouvelle-Écosse pour gagner. Nous avons causé des surprises cette saison et nous pouvons en causer d’autres. »

Si les Gaiters sortent vainqueurs du duel en question, ils se frotteront ensuite aux gagnants du match qui opposera ce week-end aussi les Carabins de l’Université de Montréal au Rouge et Or de l’Université Laval en demi-finale canadienne.

« Un match contre les Carabins ou le Rouge et Or permettrait d’attirer l’attention sur notre programme, qui est solide, mais qui n’est pas connu de tous parce que nous jouons dans les Maritimes. Ce serait très bon pour le recrutement. »

Si Gatien a d’ailleurs choisi de mettre le cap sur Bishop’s, c’est en raison de la qualité des entraîneurs, à commencer par le grand patron Chérif Nicolas et le coordonnateur défenseur Fabrice Raymond.

« Il se fait vraiment de très bonnes choses ici. Et nos succès sont là pour le prouver. »

Gatien avouera aussi qu’il voulait être parfaitement bilingue à la fin de ses études universitaires, ce qu’il pourra devenir en étudiant en anglais.

Élevé dans le sport

Vincent Gatien vient d’une famille où le sport est pris au sérieux. Ainsi, son frère Philippe garde les buts du Bellemare de Louiseville de la Ligue de hockey senior AAA après avoir connu une brillante carrière au niveau collégial et son père, Yvan, arbitre au niveau universitaire au football.

« On a été élevé là-dedans, dit-il. Nos parents ont toujours vu la pratique du sport comme étant une belle façon de nous développer. »

Gatien s’est retrouvé à Bishop’s après avoir fait son football collégial avec les Volontaires du Cégep de Sherbrooke. Avant, il avait fièrement porté les couleurs des Incroyables de J.-H.-Leclerc, avec lesquels il a remporté le Bol d’Or au niveau juvénile en 2014.

« J’ai beaucoup appris avec les entraîneurs des Incroyables. Je dois beaucoup à ces gens-là. »

Gatien, qui fait 6’3’’ et 200 livres, n’en est évidemment qu’à ses premiers pas au football universitaire. Mais il sourit quand on lui demande s’il rêve à une carrière professionnelle.

« C’est certain que ce serait un aboutissement incroyable. Pour le moment, mon objectif est de m’établir véritablement comme un joueur important au sein des Gaiters. Mais je vous mentirais si je vous disais que je n’y pense pas parfois… »