« Il y a plein d’images qui te passent par la tête quand tu tiens la coupe à bout de bras. On joue tous au hockey avec le rêve de tout gagner et c’est ce qu’on a réussi à faire. Il n’y a pas de meilleur feeling... », a expliqué Jeffrey Viel.

Viel: «Une sensation indescriptible»

« On est tous fatigués, on est tous brûlés. Mais on est tous tellement heureux ! »

Jeffrey Viel et ses coéquipiers du Titan sont rentrés à Bathurst, lundi après-midi, après avoir été couronnés champions de la Coupe Memorial. Et leurs partisans leur ont démontré à quel point ils étaient fiers d’eux.

« C’est incroyable ce qui se passe ici, a lancé le Valcourtois Viel quelques minutes à peine après être débarqué de l’avion ramenant l’équipe depuis la Saskatchewan. Il y a plein de monde, c’est bruyant, les gens sont tellement contents, ils sont beaux à voir. En gagnant la coupe, on leur a fait un beau cadeau, je pense. »

En grande finale, dimanche soir, le Titan a blanchi les Pats de Regina 3-0. Capitaine des représentants de la LHJMQ, Viel a bien sûr été le premier à soulever la Coupe Memorial, dont c’est le 100e anniversaire.

« C’est une sensation extraordinaire et indescriptible. Il y a plein d’images qui te passent par la tête quand tu tiens la coupe à bout de bras. On joue tous au hockey avec le rêve de tout gagner et c’est ce qu’on a réussi à faire. Il n’y a pas de meilleur feeling... »

Bathurst, tout le monde l’a dit et écrit, est un très petit marché à l’intérieur du hockey junior majeur canadien avec sa population semblable à celle de Cowansville. En ce sens, le triomphe du Titan est très symbolique.

« Il n’y a pas juste Québec, Halifax et les grandes villes qui peuvent gagner au hockey junior, a souligné Viel. Le Titan, c’est important pour les gens de Bathurst. C’est certain que notre victoire a quelque chose de très spécial. »

Viel aura passé quatre ans de sa vie en Acadie. Et les émotions risquent d’être fortes lorsqu’il quittera puisque son stage junior se conclut avec rien de moins que la conquête de la Coupe Memorial.

« Quand je vais partir, la semaine prochaine ou un peu plus tard, je vais tourner la page sur quelque chose qui aura été très important pour moi, c’est clair. »

Mais il aura laissé sa trace également. Ainsi, après avoir marqué 39 buts en saison régulière et avoir amassé 23 points en 20 matchs éliminatoires, il a ajouté 10 points en quatre rencontres au tournoi de la Coupe Memorial. Tous ont salué les grandes qualités de leader de celui qui a reçu le trophée Guy-Lafleur, remis au joueur par excellence des séries, puis qui a été élu sur l’équipe d’étoiles du championnat canadien.

« C’est certain que j’ai beaucoup grandi au cours de la dernière saison », a-t-il dit.

Après avoir participé au camp d’entraînement de l’Avalanche du Colorado et des Coyotes de l’Arizona, Viel a signé un contrat avec le Barracuda de San Jose, club-école de la Ligue américaine des Sharks de San Jose. C’est en Californie qu’il doit normalement passer la prochaine saison de hockey.

Un nuage sombre
Mais voilà, un nuage sombre plane au-dessus de la tête de Jeffrey Viel. Alors qu’il restait cinq minutes à faire à la troisième période du match de dimanche, il a été blessé à un genou après avoir été frappé. Et c’est à l’aide de béquilles qu’il se déplaçait lundi lors du retour du Titan à Bathurst.

« Je suis un peu inquiet, oui, a-t-il confié. Je vais passer un test de résonnance magnétique cette semaine et on verra ce qui en est exactement. C’est difficile de dire quoi que ce soit d’autre pour l’instant. »

À travers les moments de grande émotion qu’il partage avec ses coéquipiers et avec les gens de Bathurst, Viel espère pour le mieux. Clairement, il ne mérite pas que de si beaux moments soient assombris...