David Hébert n’attend normalement pas jusqu’au mois d’août pour signer son premier gain de la saison.
David Hébert n’attend normalement pas jusqu’au mois d’août pour signer son premier gain de la saison.

Une victoire pour François Bernier, une pour Hébert

Question de mettre un peu de piquant dans une saison toute particulière, les gens de l’Autodrome Granby avaient eu l’idée de proposer deux finales au lieu d’une seule dans trois des quatre classes régulières samedi soir. Et David Hébert a profité de l’occasion pour remporter sa première victoire en 2020.

Hébert a enlevé les honneurs de la deuxième finale de 25 tours en modifié, lui qui a eu le meilleur sur Martin Pelletier, Yan Bussière, François Bernier et Claude Brouilllard.

François Bernier avait quant à lui triomphé lors de la première finale, aussi de 25 tours. Pelletier avait encore fini deuxième, lui qui a été suivi de Steve Bernard (premier à deux tours de la fin), Hébert et Michaël Parent.

«Ça fait du bien de gagner, a lancé Hébert, qui n’attend normalement pas jusqu’au mois d’août pour signer son premier gain de la saison. Mais on a fait beaucoup de tests au niveau des amortisseurs jusqu’ici et ce soir, on est simplement revenus avec des réglages de base. Clairement, ça a porté fruit.»

Plus loin, François Bernier semblait un brin frustré de sa quatrième place lors de la deuxième épreuve.

«Si ça n’avait pas été d’un amortisseur en mauvais état, j’aurais probablement remporté les deux finales, a dit celui qui compte tout de même trois victoires en cinq épreuves à Granby en 2020. De l’extérieur, c’était vraiment très difficile lors du deuxième 25 tours.»

Bernier a malgré tout connu une bien meilleure soirée que son frère Steve, qui s’est contenté d’une 11e place lors de la première finale et qui n’a même pas fini la seconde en raison d’ennuis mécaniques.

Even Racine… deux fois

Le véritable héros de la soirée a toutefois été le Granbyen Even Racine, qui a remporté les deux finales de 20 tours en sportsman.

Racine a d’abord devancé Moïse Pagé et André Manny avant d’avoir le dessus sur Pagé, encore, et Alex Lajoie. Il a survolé les deux épreuves, lui qui compte maintenant trois victoires cette saison.

«J’avais une voiture tout simplement impeccable ce soir, a-t-il dit. Mais il y a aussi une question d’expérience, de confiance et même de patience, je dirais. Oui, ça va bien.»

En pro-stock, Pascal Payeur puis Bruno Richard se sont partagés les honneurs des deux finales de 15 tours.

En début de soirée, Alexis Charbonneau avait signé la victoire, sa troisième de la saison, lors de la finale de 20 tours en sport compact.

Une saison prolongée

Le programme de samedi soir était à nouveau présenté à huis clos. Mais pour la première fois, le 14 août, l'Autodrome pourra accueillir un peu de monde, soit 250 spectateurs.

«On a hâte, c'est certain, a avoué le promoteur Dominic Lussier. On a hâte de recevoir les amateurs, même s'ils ne seront pas nombreux.»

Mais Lussier, en fin de soirée, a laissé tomber quelque chose de fort d'intéressant. 

«On a un bel été, du moins en ce qui concerne la météo, et notre saison ne finira pas au début du mois de septembre. On regarde ça, mais on pourrait fort bien se rendre jusqu'à la fin septembre... au moins. Je pense qu'on mérite ça tout le monde.»

Ce ne sont certes pas les amateurs de courses qui vont s'en plaindre.