Malgré un classement enviable chez les juniors, Mathilde Denicourt estime que sa saison est quelque peu décevante jusqu’ici.

Une saison de golf «un peu décevante» pour Mathilde Denicourt

Occupant le troisième échelon du classement de Golf Québec, Mathilde Denicourt a confirmé sa place parmi l’élite provinciale chez les juniors. La Césairoise estime néanmoins qu’elle aurait pu faire mieux, n’eût été certains facteurs.

« En début de saison, on avait beaucoup de tournois et ça coïncidait avec mes examens. Je tenais à bien terminer mon secondaire. J’ai continué de m’entraîner, mais pas autant que je l’aurais voulu. C’est certain que mes pointages ont été affectés », a raconté la golfeuse de 17 ans, mardi avant-midi.

« De façon générale, je dirais que ma saison est un peu décevante jusqu’ici. Mes attentes étaient assez élevées. »

Un constat qui semble tout de même sévère.

Mathilde a été exclue du top 10 seulement deux fois en sept tournois cet été.

À la mi-juillet, elle a notamment terminé cinquième au championnat provincial junior. Son pointage lui a aussi offert le 10e rang général, incluant les dames.

La jeune Denicourt souhaitait toutefois signer au moins une victoire cette saison.

Forces et faiblesses

« J’ai de la difficulté à atteindre les verts avec régularité pour me mettre en position de birdie, surtout avec mes fers. Auparavant, c’était une de mes forces », a analysé la représentante du club de golf Pinegrove, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Elle trouve néanmoins le moyen de se rattraper dans d’autres facettes de son sport.

« Honnêtement, 90 % de mes coups de départ atteignent l’allée. Je suis rarement dans le pétrin. [...] J’ai aussi amélioré ma constance pour ce qui est du putting. »

Aussi étrange que cela puisse paraître, Mathilde estime avoir connu ses meilleurs moments lors du championnat canadien junior, une compétition relevée où elle a fini 24e. Les conditions de jeu étaient, semble-t-il, « excellentes » au Lethbridge Country Club il y a deux semaines.

Mathilde Denicourt disputera encore quelques tournois avant la fin de la saison 2019. Elle espère notamment bien figurer à l’Invitation junior Graham Cooke, qui sera disputée au Golf Château-Bromont à la fin août.

« Ce serait vraiment agréable de gagner dans la région. C’est mon objectif », a-t-elle confirmé.

Fraîchement diplômée de l’école secondaire du Verbe Divin, la Césairoise amorcera bientôt des études en sciences de la nature au Cégep de Saint-Hyacinthe. Mais puisqu’elle profitera d’une alliance sport-études, son golf ne sera pas négligé pour autant.

Par ailleurs, notons que Camille Lapierre-Ouellet se retrouve en 15e position du palmarès junior de Golf Québec. La Granbyenne a terminé huitième aux provinciaux.

Une affaire de famille

Le golf est une affaire de famille chez les Denicourt. Mathilde s’est d’ailleurs entretenue avec La Voix de l’Est en direct de Hartland au Nouveau-Brunswick, où son frère Jean-Philippe participe au championnat canadien junior.

L’athlète de 18 ans n’avait pas encore complété sa deuxième ronde au moment d’écrire ces lignes. Son pointage était cependant nettement supérieur à la coupure projetée.

Quoi qu’il en soit, Jean-Philippe Denicourt affiche une solide progression cette saison. Il occupe actuellement la 18e place au classement de Golf Québec, alors qu’il avait dû se contenter du 36e rang en 2018.

« Je joue souvent avec lui et c’est évident que Jean-Philippe s’est amélioré. Il est beaucoup plus constant », a observé Mathilde.

« Je suis vraiment fière de mon frère, qui connaît une belle saison. »