Les Bisons ont perdu quatre de leurs cinq derniers matchs à domicile.

Une performance gênante

Les Bisons ont offert une performance absolument gênante, samedi soir, au Centre sportif Léonard-Grondin. Il n’y a aucune autre façon de résumer la défaite de 6-0 qu’ils ont subie face au Condor de Nicolet.

C’était le match des toutous samedi. Et comme le veut la tradition lorsque l’équipe locale ne marque pas, les amateurs lancent leur toutou sur la patinoire une fois la rencontre terminée. Et c’est en huant leur club copieusement – et avec raison – que les partisans se sont débarrassés de leur peluche.

Le match était important mais les Bisons (10-9), manifestement, n’en étaient pas conscients ou n’en avaient rien à foutre. Ils se retrouvent maintenant à égalité avec le Condor (9-7-2) au cinquième rang du classement de la Ligue de hockey senior AAA avec un match de moins à disputer.

À la suite de leur victoire remportée à Bécancour samedi, les Sportifs de Joliette occupent maintenant le troisième rang, un point devant le Métal Pless de Plessisville, qui devancent les Bisons par trois points et qui ont un match en main sur les Granbyens.  

Avec seulement trois petits matchs à jouer, les Bisons devront bientôt oublier l’idée d’avoir l’avantage de la glace à leur duel initial en séries.

Bref, les nouvelles ne sont pas bonnes.

Dans la même veine, les Bisons ont subi un quatrième échec à leurs cinq derniers matchs devant leurs partisans, qui étaient tout de même 612 (néanmoins la plus petite foule de la saison) malgré le mauvais temps. Ils ne comptent enfin qu’une seule victoire en 2020 contre trois défaites.

Jason Lavallée et Joakim Arseneault ont dirigé l’attaque du Condor avec un but et deux passes chacun. Émilien Boily a récolté le jeu banc après avoir bloqué les 49 lancers (mais combien étaient vraiment dangereux?) dirigés vers lui.

Paul Bourbeau Jr a été retiré du match au profit de Vincent Gervais à la suite du cinquième but du Condor. Les gardiens des Bisons ont fait face à 43 lancers.

L’avantage numérique des Bisons, qui a eu plusieurs chances de se faire valoir, n’a rien fait qui vaille.

Les amateurs de bagarres n’ont même pas pu se rabattre sur cet élément pour sourire un peu, un seul combat, qui a opposé Vincent Senez-Allaire à Olivier Binet-Bérubé, ayant ponctué le match. Mais au moins, c’est le joueur des Bisons qui a eu le meilleur.

Lapierre défait

Aucun des joueurs des Bisons rencontrés après le match n’avaient envie de commenter l’horrible performance de l’équipe. Jason Crack a affirmé que rien ne pouvait excuser une telle prestation alors que Jonathan Bouchard, lui, a mentionné qu’il ne comprenait rien à ce qui venait de se passer. Quant à Maxime Roy, il a avoué ne pas vouloir parler de peur d’aller trop loin.

David Lapierre, qui avait souligné dans La Voix de l’Est avant le match que les Bisons étaient maintenant en mode séries, était défait quand on l’a rencontré.

«Oui, c’est une performance gênante, a-t-il dit. Sincèrement, ça me fait mal au coeur pour nos partisans. On a joué sans émotion, sans passion et ça a donné ça. Cette ligue est beaucoup trop compétitive pour espérer gagner sans y mettre du cœur.»

Lapierre a poursuivi en disant qu’il croyait toujours en ses joueurs.

«C’est tellement frustrant. Je sais ce dont cette équipe est capable et quand je la vois jouer au quart de ses possibilités, ça me fait mourir.»

De l’autre côté, l’entraîneur du Condor, Alain Gardner, prenait soin de ne pas trop pavoiser.

«On s’est ajustés à la suite de notre défaite de 8-1 à la maison face aux Bisons la semaine dernière, a-t-il raconté. On a fait des ajustements en défensive, à notre désavantage numérique et, ce soir, notre gardien a été très, très solide.»

Chose certaine, si personne n’avait compris comment le Condor avait pu offrir une aussi piètre performance à domicile lors d’un match aussi important, personne n’a plus compris comment les Bisons ont pu être à leur tour aussi mauvais, à la maison, dans le cadre d’un autre match d'une haute importance.

Car c’était vraiment laid.