Le duo formé de William Leblanc et Louis-Philippe Denis aura laissé sa marque dans l’histoire des Inouk.

Une page se tourne chez les Inouk

Moins de 48 heures après l’élimination subie en demi-finale contre Terrebonne, la déception était toujours palpable dans l’entourage des Inouk. L’issue du match ultime est d’autant plus cruelle pour les sept vétérans qui ont ainsi achevé leur stage junior.

« On avait une bonne équipe cette année et on pensait se rendre jusqu’au bout », a souligné le capitaine de l’équipe, William Leblanc.

« Finir son junior en prolongation lors d’un septième match, c’est vraiment crève-cœur. Ça aurait très bien pu tourner de notre côté. Rendu là, c’est presque une question de chance... », a ajouté Leblanc.

Les Inouk et les Cobras ont fait jeu égal durant l’essentiel de la série. Loin de s’en servir comme excuse, Leblanc reconnaît que le départ de Thomas Caron, qui a obtenu un poste permanent au niveau junior majeur après les Fêtes, a changé la donne.

« Thomas est un très bon joueur, qui nous aidait beaucoup. On ne peut rien y faire, mais c’est certain qu’il ne nous aurait pas nui [en séries]... », a concédé le prolifique joueur de centre.

Sur le plan personnel, le numéro 47 admet qu’il aurait aimé connaître un meilleur départ en demi-finale, lui qui a été blanchi durant les cinq premiers duels contre Terrebonne. Il a cependant livré la marchandise lors des matchs 6 et 7.

Meilleur marqueur de la Ligue de hockey junior AAA du Québec (LHJAAAQ) et nouveau recordman pour le nombre de points en une saison chez les Inouk, Leblanc a connu une campagne des plus mémorables. Il aura sans contredit marqué l’histoire de la concession.

« Ça a été une très belle saison. On avait vraiment une belle gang. Au plan personnel, de nouvelles portes se sont ouvertes à moi », a résumé celui qui poursuivra son parcours avec les Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Le départ de Louis-Philippe Denis laissera également un vide dans l’alignement des Inouk.

L’ailier maskoutain a rapidement conquis les partisans granbyens après deux saisons dans la LHJMQ. Travailleur acharné et fidèle complice de Leblanc, il a lui aussi atteint le plateau des 100 points.

« Les quatre plus belles années de ma vie »

Originaire de Shefford, Laurent Minville peinait à avaler l’élimination de vendredi.

« Je ne peux pas le cacher, je suis vraiment déçu. Ça fait très mal. Je croyais vraiment en nos chances », a affirmé le solide ailier droit.

Minville a néanmoins su rebondir après deux saisons minées par les blessures. Il gardera de très bons souvenirs de son passage chez les Inouk.

« Honnêtement, je crois que j’ai vécu les quatre plus belles années de ma vie. Un stage junior, c’est toujours exceptionnel et rempli de bons moments. Lorsque j’avais 17 ans, on s’était rendus jusqu’en finale. »

Si la tendance se maintient, l’offensive granbyenne sera bâtie autour de Tristan Belliveau, Félip Bourdeau et Nicolas Roy l’automne prochain.

Toutefois, l’entraîneur et directeur général des Inouk Patrice Bosch a également l’habitude de sortir des lapins de son chapeau durant l’entre-saison.

Deux piliers défensifs à remplacer

En défensive, les Inouk perdent leur premier duo, généralement composé de Vincent Lampron et Simon Lavoie.

Ramené au Québec après des périples dans les Maritimes puis en Alberta, Lavoie aura été l’une des belles trouvailles de Bosch cette saison.

« Je regrette aucunement mon choix. J’ai joué avec une bonne équipe et de très bonnes personnes », a mentionné le natif de Roberval.

En plus d’afficher le meilleur différentiel parmi les défenseurs de son équipe, Lavoie a atteint de nouveaux sommets au plan offensif.

« J’ai surtout connu une excellente première moitié de saison. Mais quand tu joues avec des gars comme Leblanc et un partenaire comme Vincent, ça devient plus facile d’amasser des points ! », a-t-il fait valoir, bien humblement.

Impliqués dans une rotation, les vétérans Hubert Cyrenne-Blanchard et Nicolas Nadeau doivent également faire leurs bagages.

Avec les retours probables des Belzil, Duchaine et autres Major, les Inouk devraient avoir de nombreuses options à la ligne bleue en 2019-2020. Cela dit, l’état-major du club tentera possiblement d’obtenir un quart-arrière capable de remplacer Lampron sur la première vague du jeu de puissance.

Devant le filet, les Inouk misent déjà sur l’un des meilleurs gardiens de la LHJAAAQ en Marc-Antoine Dufour.

L’organisation aura toutefois un choix délicat à faire concernant Hugo Duteau, grand ami de Dufour. Il est plutôt rare qu’une équipe junior aligne deux cerbères de 20 ans. Dans ce dossier, ce sera donc le cœur ou la raison.

Chose certaine, l’heure de la reconstruction ne semble toujours pas arrivée à Granby. Malgré le départ de joueurs marquants, les Inouk devraient encore une fois être solides la saison prochaine.