«Je n’en reviens pas encore! C’était une tentative de dépassement propre, nos voitures se sont touchées lorsque Kevin (Lacroix) a voulu me fermer la porte. C’est un incident de course comme on en voit si souvent et j’ai déjà vu bien pire sur cette même piste», a lancé Andrew Ranger.

«Une injustice! », clame Andrew Ranger

À Bowmanville, il a écopé d'une pénalité qui l'a rétrogradé de la 2e à la 12e place.

Andrew Ranger est encore sous le choc. Et il n’a toujours pas digéré la pénalité que lui ont imposée les gens de NASCAR, dimanche à Bowmanville, pénalité qui lui a coûté 10 places au classement final de l’épreuve.

Au lieu de finir deuxième, le Granbyen a donc terminé 12e. Les officiels de la série canadienne de NASCAR ont ainsi jugé qu’il avait conduit de façon agressive lorsqu’il a tenté de doubler Kevin Lacroix, alors premier, au tout dernier tour.

« Je n’en reviens pas encore ! a lancé le pilote de la Dodge Challenger no 27. C’était une tentative de dépassement propre, nos voitures se sont touchées lorsque Kevin a voulu me fermer la porte. C’est un incident de course comme on en voit si souvent et j’ai déjà vu bien pire sur cette même piste. Je ne suis pas du genre à dire des choses comme celles-là, mais j’ai été victime d’une injustice ! »

Louis-Philippe Dumoulin a profité de l’accrochage impliquant Ranger et Lacroix pour se faufiler et pour remporter sa première victoire depuis 2014. Marc-Antoine Camirand et l’Américain Noah Gragson ont aussi trouvé place sur le podium.

Lacroix s’est finalement classé cinquième, derrière D.J. Kennington. Alex Tagliani a dû se contenter du 14e rang après que la suspension de sa voiture l’ait lâché en fin de parcours.

Vingt-deux voitures ont pris le départ. Le Sheffordois Martin Côté a finalement déclaré forfait à la dernière minute, sa voiture n’étant tout simplement pas prête.

« Désolation totale ! », a exprimé Côté via courriel.

« La stratégie était parfaite »
Andrew Ranger a répété plus d’une fois qu’il n’en revenait pas. Et il était particulièrement déçu dû au fait que la stratégie que son chef d’équipe David Wight avait élaborée avait fonctionné à merveille.

« Contrairement aux autres, on a décidé de changer nos pneus sur le tard, a-t-il expliqué. Une fois les pneus changés, je suis passé de la douzième à la cinquième place en un seul tour. La stratégie était parfaite. Mais je n’avais pas la puissance du moteur de Kevin et la seule façon que je pouvais avoir le meilleur sur lui était de tenter une manœuvre dans un virage serré. Et ça a mal viré, du moins au goût des gens de NASCAR… »

Ranger n’a pas non plus apprécié la façon cavalière dont les officiels lui ont servi sa pénalité.

« Ils n’ont même pas passé ma voiture à l’inspection, ils m’ont dit : “T’es 12e, point ! ” Il n’y a eu aucune discussion, ils ne voulaient rien savoir. »

Pour bien comprendre, 12e est la position qu’il occupait au moment de la relance qui a précédé l’accrochage avec Lacroix.

Ranger s’est enfin plaint à nouveau de la puissance de son moteur Chrysler.

« Sur ligne droite, je n’étais pas de calibre avec les autres. La saison commence et il y a encore des choses à voir… »

La deuxième épreuve aura lieu sur l’ovale d’Hamilton le 16 juin.