Le président et directeur général du Challenger de Granby, Alain Faucher.

Une édition record pour le Challenger de Granby

Rencontré dimanche en début d'après-midi, le président et directeur général du Challenger­, Alain Faucher, était déjà prêt à parler­ d'une édition record.
« On n'a pas encore les chiffres officiels. Mais chaque matin, j'ai des résultats qui me sont présentés. Et hier (samedi), on était déjà en avance sur notre meilleure année. Si j'ajoute ça à aujourd'hui (dimanche), c'est sûr que c'est une édition record. Autant pour la fréquentation que pour tout ce qui est autour d'un tournoi comme celui-là », a-t-il indiqué. 
Et ce, en dépit de la diffusion en direct de nombreux matchs sur les ondes de TVA Sports, qui permet aux amateurs de suivre l'action dans le confort de leur salon. 
Si la pluie a bouleversé l'horaire lundi et causé du retard mercredi, l'essentiel du tournoi a néanmoins été disputé dans de superbes conditions. « Lundi, je pense que c'était un petit test. Ils voulaient voir si on était fait fort », a blagué M. Faucher. 
« Deux finales de rêve »
Malgré les éliminations hâtives de Bianca Andreescu et d'Aleksandra Wozniak, cinq Canadiens ont atteint le carré d'as, toutes catégories confondues. Le comité organisateur aurait difficilement pu espérer un meilleur scénario. « On a deux finales de rêve. On a de la jeunesse chez les femmes. Et après, on arrive avec Peter (Polansky), que les habitués du Challenger connaissent très bien. Donc on a aussi l'expérience », a souligné Alain Faucher. 
« Le côté international est présent, et on a aussi nos deux Canadiens. »
Chez les dames, une seule favorite a atteint les demi-finales. La jeune sensation Katherine Sebov en a profité pour atteindre le match ultime. « Avec le match de 3 h 15 qu'elle a joué (en quarts contre Mayo Hibi), les gens l'ont adoptée. Elle est un peu devenue la chouchou­ », s'est réjoui M. Faucher.