Peter Hodgetts, Hélène Michaux et Alister Gardner ont pris part à l’OCC, une course qui s’inscrit dans le cadre du festival de l’Ultra-trail du Mont-Blanc.

Une course éprouvante pour Gardner et Michaux

Les coureurs Hélène Michaux et Alister Gardner prenaient part jeudi à l’une des courses du mythique festival de course en sentier Ultra-trail du Mont-Blanc, en France.

Le couple participait à l’OCC (pour Orsières, Champex et Chamonix), une épreuve qui emprunte les 56 derniers kilomètres de la course maîtresse de 170 km qui donne son nom au festival.

« Mes jambes sont complètement brûlées, a commenté Alister Gardner dès le début de l’entrevue. J’avais deux stratégies dans ma tête, c’est-à-dire commencer lentement et rattraper des coureurs plus tard, ou non. J’ai vu que le calibre était assez élevé, alors non. »

Il a voulu suivre le peloton de tête, ce qui a bien fonctionné pour la première partie du parcours dans les Alpes. Le groupe a toutefois raté un virage et continué dans le mauvais chemin pendant quelques dizaines de mètres jusqu’à ce que quelqu’un les hèle pour les avertir. Cette courte distance de trop les a fait glisser dans le classement.

« Je suis tombé en trentième position. On était un groupe solide ensemble. Finalement, ça a juste roulé trop vite. Au trentième kilomètre, on avait notre plus grosse montée, peut-être 1000 mètres de dénivelé positif en 5 km. »

C’est à cet endroit qu’il a repris le contrôle de sa course. Ayant passé à cet endroit à trois reprises lors de tout autant de participations au festival de trail par le passé, il se souvenait de cette montée abrupte et longue.

Il a choisi de prendre son temps pour être capable de terminer la course. Il a toutefois eu du plaisir à courir aux côtés des meilleurs en Europe. Si Gardner fait partie de l’élite québécoise, il est de niveau intermédiaire en Europe, précise-t-il.

Il a terminé en 68e position sur 1605 coureurs partants. Il lui a fallu 6 h 36 pour parcourir 56 km.

Abandons

Quant à la Rougemontoise Hélène Michaux, ses problèmes de dos sont revenus la hanter. Elle s’est arrêtée après une course de 44 kilomètres. « Rendu là, son dos lui faisait trop mal. Hélène est quelqu’un qui veut aimer sa course plutôt que de forcer dans sa course », explique pour elle Alister Gardner.

Le festival de l’UTMB est la mecque de la course en sentier où se réunissent les adeptes de cette discipline. Pour y participer, des points de qualification de l’ITRA (International Trail Running Association) doivent être amassés lors de différentes courses reconnues à travers le monde, comme le Bromont Ultra sur les distances de 80 km et de 160 km.

Alister Gardner aime profiter de ce moment également pour retrouver sa famille, lui qui est originaire de la Grande-Bretagne.

D’ailleurs, son beau-père, Peter Hodgetts, participait lui aussi à l’OCC. Il a dû abandonner en raison de problèmes à un nerf sciatique. « Il s’est arrêté au 36e kilomètre. Il a fait le bon choix. Il a presque 70 ans, il est très en forme, mais il avait une blessure qui est arrivée il y a un mois. Ça allait mieux, mais pendant la course c’est revenu. Il est très souriant, il a quand même ouvert la bouteille de champagne », a ajouté Gardner.