À l’heure actuelle, Félip Bourdeau est l’une des rares valeurs sûres à l’attaque chez les Inouk.

Un vent de renouveau souffle chez les Inouk

Après plusieurs mois d’incertitude entourant la structure de l’organisation et son avenir à Granby, les dirigeants des Inouk pourront enfin se concentrer sur l’aspect hockey à compter de vendredi. Portée par un vent de renouveau, l’équipe junior AAA lancera alors son camp d’entraînement au centre sportif Léonard-Grondin.

Patrick Bergeron sera évidemment au centre du processus, lui qui amorce son deuxième mandat comme entraîneur-chef.

« Avec tous les changements survenus dernièrement et mon nouveau rôle, c’est certain que notre staff attaque le camp avec beaucoup d’excitation. Les vacances ont été courtes, mais on a hâte de renouer avec les joueurs, de commencer un nouveau chapitre chez les Inouk », a-t-il indiqué en entrevue avec La Voix de l’Est jeudi.

Le camp débutera avec une « entrée technique ». Les joueurs seront alors informés des attentes et des principales orientations prônées par la direction du club. Ils sauteront ensuite sur la glace vendredi soir.

Les entraînements et les parties intra-équipe se succèderont ensuite sur une base quotidienne. Le tout sera accessible au grand public.

Les Inouk disputeront leur premier match préparatoire le vendredi 23 août, à domicile contre l’Everest de la Côte-du-Sud.

« Ça va aller vite. Pour les joueurs, ce sera important de démontrer rapidement leurs qualités premières. Ils devront nous forcer la main pour gagner une place avec l’équipe », a souligné Bergeron.

Une attaque à reconstruire

Au début de chaque camp d’entraînement, et principalement au hockey junior, une revue d’effectif s’impose.

Dans le cas présent, une constante se dégage : les Inouk pourront de nouveau compter sur l’un des meilleurs gardiens de la LHJAAAQ en Marc-Antoine Dufour. Par contre, l’auxiliaire Hugo Duteau devrait changer d’adresse, malgré la grande complicité qu’il a développée avec Dufour. Les décideurs granbyens ne veulent tout simplement pas utiliser deux de leurs six places de 20 ans pour des gardiens.

Le nom de Duteau est loin d’être le seul à figurer sur la liste des départs. Du côté des attaquants, les vétérans William Leblanc, Louis-Philippe Denis et Laurent Minville ont évidemment dû quitter l’équipe. Raphaël Bouchard et Ludovyck Caron — pour des motifs liés à leurs études — ne seront pas de retour, tout comme Anthony Chicoine et Tristan Gagnon. Le Cuisines Action de Farnham, de la Ligue de hockey senior Richelieu, a d’ailleurs récemment annoncé la signature de Chicoine.

Le dossier du centre Nicolas Roy, qui a reçu une offre provenant de la France, est par ailleurs en suspens.

De retour à la barre des Inouk, Patrick Bergeron entretient des objectifs élevés pour la prochaine saison. « Mon but principal est d’aller jusqu’au bout, de gagner le dernier match. »

« Nic représente un gros morceau pour nous. Mais comme toute organisation, on veut pousser nos gars vers le haut. On est certains qu’il peut jouer à un haut niveau en France. Si ça lui convient, tant mieux, c’est ce qu’on souhaite », a fait valoir le nouveau coach des Inouk.

À l’heure actuelle, seuls Félip Bourdeau et Tristan Belliveau représentent de vraies valeurs sûres à l’attaque. Mais Patrick Bergeron ne s’inquiète pas pour autant.

« On a des joueurs qui rentrent au bercail, comme Jacob Graveline, qui revient du hockey collégial. Les options ne manquent pas, que ce soit sur notre liste de protection ou des jeunes à l’interne. »

« On s’attend à avoir une équipe avec du punch et beaucoup de vitesse. » Il faut dire que le portrait est encore loin d’être final, alors que de nombreux espoirs participent à des camps du junior majeur. S’ils sont retranchés par les Cataractes de Shawinigan, William Cummings et Anthony Imbeault pourraient notamment changer la donne.

Des objectifs élevés

Le travail de reconstruction devrait aussi être considérable à la ligne bleue.

Vincent Lampron et Simon Lavoie sont rapidement devenus des piliers sur le top 4 des Inouk la saison dernière. Ils ont cependant terminé leur stage junior, tout comme leurs ex-coéquipiers Hubert Cyrenne-Blanchard et Nicolas Nadeau.

Charlie Risk poursuivra sa carrière au sud de la frontière, tandis que l’Américain Brian Kerrigan a finalement repoussé les avances des Inouk.

En revanche, les retours de Jesse Belzil et Miguel Duchaine semblent confirmés. Jérémie Major et Nathan Martel rempliront aussi des rôles importants s’ils ne se taillent pas un poste dans la LHJMQ.

« Oui, on semble perdre de gros morceaux. Mais je pense qu’on a les effectifs en place, sur nos listes, pour les remplacer », a réitéré Bergeron.

« Notre directeur général, François Graveline, est aussi attentif pour d’éventuelles transactions. Mais on bougera seulement si on juge que c’est nécessaire. »

Changements ou pas, les objectifs demeurent donc élevés dans le camp des Inouk, qui devront se trouver un nouveau capitaine. « Mon but principal est d’aller jusqu’au bout, de gagner le dernier match », a glissé Bergeron.

Le parcours pour s’y rendre s’annonce long et ardu, mais aussi franchement intéressant.