Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Un trio d'actionnaires à la tête des Inouk

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
À moins d’un énième revirement dans cette histoire qui a fait perdre à l’équipe le peu de crédibilité qu’il lui restait, les gouverneurs de la Ligue de hockey junior AAA du Québec vont entériner samedi prochain la vente des Inouk au nouveau groupe de propriétaires formé de Ian Matthews, l’Américain Bobby Crawford et Rémi Robert.

Dans le cas de Robert, on peut parler d’un retour. Car si vous vous souvenez bien, il avait été recruté par Rémy Harrisson l’été dernier pour investir dans les Inouk. Mais l’homme de Marieville a quitté le navire à la suite d’une mésentente survenue avec Harrisson avant les Fêtes et avant aussi que le nouveau groupe de propriétaires, qui incluait également Harrisson, ait mis sur papier les détails de la nouvelle forme d’actionnariat de la concession.

Mais la transaction est maintenant véritablement officielle. À preuve, le nom des trois actionnaires apparaît au Registre des entreprises du Québec quand on fait une recherche au sujet des Inouk. La dernière mise à jour, avec l’arrivée de Robert en tant qu’actionnaire, est datée du 1er avril.

Le retour de Robert n’a absolument rien d’étonnant. Clairement, il a les Inouk à cœur et il a quitté à regrets à la suite des divergences d’opinion qu’il a eues avec Harrisson. Ce dernier parti, il avait le champ libre pour revenir. Et son retour fait assurément l’affaire de Matthews et de Crawford, heureux d’avoir quelqu’un de proche de l’action pour veiller aux intérêts de l’équipe. Car le premier vit dans l’ouest de l’île de Montréal alors que le second est au Connecticut.

Les gouverneurs se pencheront donc sur la vente des Inouk le week-end prochain et l’approbation ne semble être qu’une formalité. Après tout, ce dossier est une patate chaude pour la LHJAAAQ depuis trop longtemps.

Les dirigeants du circuit pourraient aussi fort bien profiter de l’occasion pour finalement annuler officiellement la présente saison.