Baptisé <em>Sumbiôsis </em>et conçu par la professeure de danse Josée Cocca, le numéro d’ouverture a été l’un des moments forts du spectacle annuel des Hirondelles, exceptionnellement présenté en ligne.
Baptisé <em>Sumbiôsis </em>et conçu par la professeure de danse Josée Cocca, le numéro d’ouverture a été l’un des moments forts du spectacle annuel des Hirondelles, exceptionnellement présenté en ligne.

Un spectacle hors du commun pour les Hirondelles

Malgré les inconvénients reliés à la pandémie, la saison automne-printemps du club de gymnastique Les Hirondelles de Granby s’est achevée dans la bonne humeur samedi soir. Plutôt que de se déplacer au Palace, près de 1700 personnes ont pu suivre le spectacle annuel en ligne.

Pas moins de 400 jeunes athlètes provenant des volets compétitif et récréatif y ont contribué.

«Nous ne sommes pas arrêtables ! C’était vraiment l’fun, mais on a dû travailler fort», a souligné la directrice générale du club, Marie-Claude Vallée.

«On ne savait pas trop comment filmer et faire des montages, mais on s’en est plutôt bien sorti.»

Les entraîneurs ont donc présenté les différentes chorégraphies aux gymnastes, qui ont ensuite été filmées par leurs parents. Les coachs ont ensuite mis plusieurs heures afin de préparer le montage final, en collaboration avec le spécialiste Éric Turgeon et son équipe.

Une plateforme de partage de contenus a ensuite permis de diffuser le tout «en circuit fermé». Éloise Brodeur et Stéphanie Ducharme ont assuré l’animation en direct.

«Un peu comme lors du concert One World, on avait vraiment l’impression d’être dans l’action», a raconté Mme Vallée. Cette dernière estime que le numéro d’ouverture, baptisé Sumbiôsis et conçu par la professeure de danse Josée Cocca, a constitué le moment fort du spectacle.

Dans le dernier droit, les jeunes athlètes se sont adressés directement à leurs grands-parents, avec la chanson Je ne vous oublie pas de Céline Dion en trame de fond.

«Certains n’ont pas vu leurs petits-enfants depuis longtemps. C’était super émouvant.»

On a également souligné la contribution du fondateur des Hirondelles, Jean-Pierre Guévin , âgé de 76 ans et présentement en isolement.

Camp de jour

Les Hirondelles avaient attiré l’attention en relançant leurs cours en ligne moins de 48 h après l’annonce de la fermeture des écoles en mars. La saison régulière est officiellement terminée, mais Marie-Claude Vallée confirme que le camp de jour du club aura bien lieu à partir de la fin juin. Et ce, même si la gymnastique ne fait pas partie des sports «déconfinés».

«Si on ne peut pas faire de gym, ce sera un camp de jour régulier, a précisé la DG des Hirondelles. Mais on ne laisse pas tomber les parents, qui n’ont pas nécessairement beaucoup d’options cet été.»