Félip Bourdeau a amassé un but et une mention d’aide dans la victoire des Inouk dimanche après-midi.

Un solide départ pour les Inouk en séries

Les Inouk ont franchi avec succès le premier obstacle placé devant eux dans le cadre des séries éliminatoires de la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Le club granbyen ne s’est pas laissé endormir par le modeste Révolution du Lac Saint-Louis, dimanche après-midi, voguant vers une victoire de 5-2.

« J’ai adoré notre première période. On est sortis en lion, tout allait bien. Même si on a dominé le reste du match, on a aussi eu quelques moments de faiblesse. Mais c’est rare qu’une équipe réussisse à garder le même rythme pendant 60 minutes », a commenté l’entraîneur-chef des Inouk, Patrice Bosch.

Rappelons que cette année, les séries de la LHJAAAQ débutent avec un tournoi à la ronde impliquant douze équipes. Après les cinq matchs disputés dimanche, Granby occupe le deuxième rang du classement, derrière le Collège Français de Longueuil.

Un doublé pour Caron

Les trois principaux trios des Inouk ont contribué à cette première victoire.

Utilisé sur la troisième unité en compagnie d’Anthony Chicoine (une passe) et de Laurent Minville (un but, une passe), Ludovyk Caron s’est démarqué avec deux buts, dont celui de la victoire. Caron a notamment récupéré une rondelle dans l’enclave avant de battre Aidan Hosein du revers.

« Depuis que je suis jeune, j’ai tendance à jouer mes meilleurs matchs en séries. C’est un style complètement différent qu’en saison », a expliqué l’athlète originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu. L’apport de son trio est de bon augure considérant que les Inouk ont parfois manqué de profondeur à l’attaque cette saison.

« Cette semaine, Pat nous a dit que cette profondeur pouvait nous aider à gagner le championnat. J’accepte mon rôle avec plaisir », a précisé Caron.

Félip Bourdeau et Louis-Philippe Denis ont également marqué pour Granby.

Éric Martel puis Louis-Antoine Habre ont permis au Révolution d’offrir une réplique timide. Mais le meilleur joueur de Lac Saint-Louis a sans contredit été le gardien Hosein, qui a réalisé 41 arrêts.

Peu occupé devant la cage granbyenne, Marc-Antoine Dufour a quant à lui cédé deux fois sur 17 lancers.

« Certains joueurs ont cligné des yeux et ça a couté des buts... », a cependant fait valoir coach Bosch.

Des adversaires vulnérables

Certains diront que le Révolution (12e), qui a amassé 43 points de moins que les Inouk (quatrièmes) en saison et perdu ses treize derniers matchs, n’avait tout simplement aucune chance dimanche. Question d’empirer les choses, la formation montréalaise évoluait sans trois de ses quatre meilleurs pointeurs, dont l’Américain Jake Klein !

Inférieurs à tous les niveaux, les visiteurs ont joué la carte de la robustesse en début de match. Peu avant la fin de la première période, Charlie Risk s’est d’ailleurs porté à la défense d’un coéquipier en jetant les gants contre Tommy Callaghan. « J’aime bien quand les autres clubs essaient de jouer de façon robuste contre nous. Ça nous garde éveillés. Honnêtement, nos adversaires peuvent s’essayer à tous les soirs. Nous sommes prêts », a assuré Patrice Bosch. Puisque les Inouk alignaient huit défenseurs naturels, l’expulsion de Risk a eu relativement peu d’impact. Par ailleurs, même si le format du tournoi à la ronde ne fait pas l’unanimité, on a annoncé une foule — plutôt décente — de 508 spectateurs au centre sportif Léonard-Grondin.

Les Inouk disputeront leur deuxième match de séries mercredi soir à Montmagny. « L’Everest vient de perdre en prolongation contre Terrebonne. On doit s’attendre à un match difficile. C’est un club qui a beaucoup de mérite », a glissé Bosch au sujet de l’équipe d’expansion.

Les Flames de Gatineau seront ensuite de passage à Granby vendredi.