«Même si mon rôle sera beaucoup plus offensif cette saison, je vais rester un joueur très conscient de sa défensive. C’est une fierté pour moi de dire que je peux être efficace des deux côtés de la patinoire», explique Louis-Philippe Denis.

Un rôle totalement différent pour Louis-Philippe Denis

Louis-Philippe Denis vient de passer deux saisons avec l’Océanic de Rimouski, dans la LHJMQ, où il était employé essentiellement dans un rôle défensif. Mais avec les Inouk, Patrice Bosch va lui demander complètement autre chose. Et ça fait son affaire !

En quatre matchs préparatoires, Denis a amassé sept points, dont un but. Sept points, c’est le même nombre qu’il a récolté en… 50 rencontres avec l’Océanic la saison dernière.

« J’ai 20 ans et, à 20 ans, c’est le fun de savoir que tu vas pouvoir contribuer offensivement, que tu vas avoir la chance de finir ta carrière junior en force, a expliqué l’athlète de Saint-Hyacinthe, mercredi après-midi, avant la séance d’entraînement des Inouk. C’est vraiment un des côtés très positifs de mon arrivée à Granby. »

Vendredi soir, alors que les Inouk recevront le Révolution du Lac Saint-Louis en ouverture de saison, Denis devrait évoluer à gauche de William Leblanc et de Thomas Caron, qui jouera à droite. C’est un trio qui promet.

« Même si mon rôle sera beaucoup plus offensif cette saison, je vais rester un joueur très conscient de sa défensive. C’est une fierté pour moi de dire que je peux être efficace des deux côtés de la patinoire. »

Dans le vestiaire, Denis sera aussi une autorité morale. Bosch affirme d’ailleurs que sa présence se fait déjà sentir.

« Je ne suis pas le genre de joueurs qui fait de grands discours, mais j’aime prêcher par l’exemple », a repris celui qui était d’ailleurs reconnu pour avoir de l’influence dans le vestiaire de l’Océanic.

En passant, il a adoré ses deux années passées à Rimouski, bien que ce soit lui qui ait demandé à l’Océanic de le libérer au cours de l’été.

« Rimouski est une ville de hockey absolument extraordinaire. J’ai demandé à l’organisation de me libérer parce que j’étais loin d’être convaincu que j’aurais une place comme joueur de 20 ans là-bas. Finalement, aucune autre équipe de la LHJMQ ne m’a fait signe. Mais je ne suis pas gêné de finir ma carrière dans le junior AAA. »

Denis, dont les droits ont été acquis de Saint-Gabriel-de-Brandon en retour de Noah Corson, est un bon copain de Gabriel Chicoine, l’ex-capitaine des Inouk. Quelques conversations avec lui l’ont convaincu qu’il débarquait au bon endroit à Granby.

« Il m’a parlé de la qualité de l’organisation, il m’a dit que Granby était une bonne ville de hockey, etc. Il a été un bon vendeur ! »

Une anecdote : au départ, les droits de Denis dans la LHJAAAQ appartenaient au Collège Français de Longueuil. Et en l’espace de quelques jours, ses droits sont passés de Longueuil à la nouvelle concession de Côte-du-Sud, puis à Saint-Gabriel, puis à Granby.

Confiant
Louis-Philippe Denis aime ce qu’il voit des Inouk depuis son arrivée à Granby.

« On a gagné nos cinq matchs à l’entraînement, mais il y a plus que ça, a-t-il souligné. On est solides partout, que ce soit devant le filet, en défense ou en attaque. On a une équipe équilibrée et ça, j’adore ça. Je ne connais pas encore beaucoup le reste de la ligue, mais on a clairement une bonne formation. J’ai vraiment confiance. »