Elliot Cardin, de Bromont, a fracassé le record de temps du 65 km à l’Ultra-Trail Harricana, qui se déroule ce week-end dans la région de Charlevoix.

Un record et une première place pour Elliot Cardin

Malgré un problème avec sa bandelette qui lui cause de la douleur à un genou, Elliot Cardin a fracassé le record de parcours du 65 km de l’Ultra-Trail Harricana, dans la région de Charlevoix, emportant du même coup la première position, samedi.

Plus tôt au mois d’août, Cardin, un Bromontois, avait dû renoncer à une compétition en Colombie-Britannique en raison de cette blessure. Cette fois, il a visé une course plus courte, mais avec l’objectif de battre le record détenu par un de ses amis, Rémi Poitras, à égalité avec Kevin Vermeulen. L’an dernier, ces deux trailrunners avaient franchi la ligne d’arrivée en 5 h 38. Précédemment, Alister Gardner avait battu le record avec un temps de 5 h 45.

Cardin a, quant à lui, réussi à courir les 65 km, malgré la douleur, en 5 h 30, devançant d’une dizaine de minutes son plus proche rival.

« J’avais quand même des craintes, mais ça s’est bien passé, commente-t-il en entrevue. Ça va bien, je suis encore capable de courir, alors c’est bon signe! La bandelette a fait mal, ça a été difficile durant toute la course, mais j’étais préparé à endurer la douleur. Et il a fallu que je change ma technique de descente. »

Avec ce type de douleur, il lui était impossible d’avoir une pleine extension de la jambe, mais aussi de plier le genou complètement. Il a dû avoir une petite foulée, mais puissante, tout au long des 65 km en forêt. En descente, une rotation l’a aidé à maintenir le rythme.

Il raconte qu’à toutes les stations de ravitaillement, il arrivait en avance sur les temps enregistrés du record de 2017. Il avait confiance qu’il pouvait remporter son pari.

« C’est super beau, le coin de Charlevoix. Au niveau des trails, c’est assez roulant, illustre-t-il. C’est pas mal des chemins de véhicules tout-terrain. Il y a quand même des sections de single tracks (sentiers étroits), deux sections au début et vers la fin. C’est la course la plus rapide que j’ai faite au niveau des ultras. »

Le parcours de 65 km lui permettait de reprendre les sentiers sans hypothéquer sa santé physique avant le Bromont Ultra, les 6 et 7 octobre, et sa course de 80 km en fin de saison à San Francisco, aux États-Unis.