En ski adapté, les athlètes dévalent la pente sur un fauteuil équipé d’un ou plusieurs skis.

Un programme élite de ski adapté à Bromont

Un programme de ski adapté d’élite débutera au tournant de 2018 sur les pentes de Bromont, montagne d’expérience. Instigateur du projet, Philippe­ Bédard souhaite attirer un jour l’équipe canadienne de cette discipline­ dans la région.

« Le but premier du programme, c’est de peut-être semer la graine chez un jeune athlète, de lui donner envie d’aller aux Jeux paralympiques », indique Bédard, qui a lui-même participé aux Jeux de Londres et de Rio dans la discipline­ du tennis en fauteuil roulant. 

« Bromont est une ville incroyable. Je crois que l’équipe nationale serait vraiment bien en s’installant ici. On a des instal­lations parfaites. Il faut que le plus de gens possible puissent en profiter. »

S’il reconnaît être inspiré par le modèle du Centre national de cyclisme de Bromont, Bédard ne veut toutefois pas brûler les étapes. 

Au cours des prochains mois, une dizaine de skieurs d’élite sont attendus à l’entraînement les week-ends, et quelques-uns en semaine. Des entraîneurs certifiés pourraient se joindre à l’aventure au cours des prochains mois.

« On veut que les gens nous voient skier et voient qu’on est à un haut niveau. On veut bien s’intégrer à la station », précise le Bromontois d’origine, aujourd’hui installé à Montréal pour parfaire son jeu sur le court. 

Expertise et talents locaux

Bédard agira notamment comme mentor dans le cadre du programme, qui sera piloté par la Fondation­ des sports adaptés (FSA). 

« Le ski assis est une de nos grosses forces. On a des équipements pour accommoder tout le monde. Avec les années, on a décelé des jeunes qui ont un potentiel incroyable de développement pour avancer, et peut-être même représenter l’équipe canadienne au niveau paralympique. Mais au Québec, il n’y a pas de centre d’entraînement... », souligne le directeur exécutif de l’organisme­, Steve Charbonneau. 

La FSA dirige déjà un programme à la station Owl’s Head de Mansonville­, lequel est toutefois centré sur l’initiation au ski adapté. « Il y a des jeunes de chez nous qu’on veut développer chez nous. Et on a l’expertise pour le faire », fait valoir Charbonneau. 

Le nouveau programme consacré à l’élite est rendu possible grâce à la collaboration de Bromont, montagne d’expérience. Les athlètes recevront des billets gratuits pour l’ensemble de la saison. Ils auront notamment accès à la remontée mécanique du Versant des Cantons­ ainsi qu’à un local chauffé dans ce secteur. 

La Ville de Bromont, l’Association canadienne pour les skieurs handicapés et Canada Alpin sont également­ des partenaires importants. 

Le lancement officiel du programme est prévu jeudi prochain au MacIntosh Pub de Bromont. 

Rappelons que les sports adaptés regroupent des athlètes devant composer avec divers handicaps. Dans le cas du ski adapté, les participants dévalent la pente sur un fauteuil équipé d’un ou plusieurs skis. 

En mars prochain, l’équipe canadienne participera aux Jeux paralympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud.

Philippe Bédard agira notamment comme mentor dans le cadre du programme de ski adapté d’élite développé à Bromont, montagne d’expérience.

Philippe Bédard renoue avec sa passion

Lorsqu’il était jeune, Philippe Bédard a atteint le niveau compétitif­ au golf et en ski alpin. Un obstacle majeur l’attendait toutefois au début de la vingtaine. Un diagnostic de lupus érythémateux, une maladie auto-immune touchant la moelle épinière, a forcé son hospitalisation pendant plus de 700 jours. 

Loin de se laisser abattre, Bédard a entrepris une prolifique carrière dans le monde du tennis en fauteuil roulant en 2009. Le nouveau programme de la FSA lui permettra maintenant de renouer avec une ancienne passion. « Pendant 12 ans, le ski, c’était ma vie », souligne-t-il.

N’empêche que l’heure de la retraite n’a pas encore sonné pour Bédard pour ce qui est du tennis en fauteuil roulant.

L’athlète de 36 ans a récemment décroché ses 11e et 12e titres de champion canadien en simple et en double. Il vise maintenant le record de la Britanno-Colombienne­ Sarah Hunter, qui compte 16 trophées nationaux à son actif.

« C’est sûr que je n’accrocherai pas ma raquette avant de l’avoir battu », assure Bédard.

Tennis Canada lui a aussi demandé d’accompagner un jeune athlète de l’Ouest canadien en vue des Jeux panaméricains de 2019, qui seront disputés au Pérou.

En plus de ses expériences olympiques, Bédard a remporté le bronze en double aux Jeux parapanaméricains de 2015 et participé à cinq Coupes du monde par équipe.