Loin de se laisser abattre par l’annulation du 25e Challenger de Granby, Alain Faucher aimerait un match d’exhibition qui respecterait toutes les consignes sanitaires en vigueur.
Loin de se laisser abattre par l’annulation du 25e Challenger de Granby, Alain Faucher aimerait un match d’exhibition qui respecterait toutes les consignes sanitaires en vigueur.

Un match d’exhibition à la place du Challenger?

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
C’est évidemment avec un pincement au coeur qu’Alain Faucher observe les derniers préparatifs en vue de la reprise du tennis récréatif extérieur au Québec, mercredi. Malgré l’annulation du 25e Challenger de Granby, son président et directeur général est loin de rester les bras croisés. Faucher étudie même la possibilité de présenter un match d’exhibition qui respecterait toutes les consignes sanitaires en vigueur.

«Ça pourrait impliquer des pros ou encore des jeunes retraités du tennis bien connus dans le milieu», a-t-il évoqué en entrevue avec La Voix de l’Est mardi.

«Peut-être qu’au lieu de 1 000 spectateurs dans le stade, on nous permettrait d’avoir 150 personnes pour assurer un peu d’ambiance. Ce serait facile de respecter les règles de santé publique. et je suis certain que je serais capable d’obtenir une couverture à la télé !»

La mouture 2020 du Challenger devait se dérouler du 18 au 26 juillet. Faucher espère proposer une alternative durant la même période, question de «rester dans la tête des gens».

Rappelons que les circuits ATP, WTA et ITF ne reprendront pas leurs activités avant le 31 juillet, au plus tôt, en raison de la pandémie de la COVID-19.

«Les gros tournois doivent composer avec le même problème que nous. Le volet torontois de la Coupe Rogers sera probablement annulé, comme celui de Montréal. Les organisateurs pourraient peut-être trouver un trou dans le nouveau calendrier, mais le US Open et Roland-Garros vont éventuellement prendre toute la place...»

«C’est évident que la crise nous amène à repenser tous les modèles d’affaires dans le monde du sport.»

Une nouvelle estrade

Par ailleurs, Alain Faucher espère toujours pouvoir installer une nouvelle estrade le long du court central du site Tennis St-Luc cet été.

«Contrairement à l’ancienne, qui a été retirée l’automne dernier, les bancs de la nouvelle estrade auront des dossiers. On a trouvé une solution permanente et sécuritaire, qui respecte les normes de la Commission de la construction du Québec», a-t-il expliqué.

Faucher espère obtenir l’approbation de la Ville de Granby au cours des prochaines semaines.

«On est prêts à aller de l’avant de notre côté», assure-t-il.