Danny Gélinas
Jérémy Faucher
Jérémy Faucher

Un juge de ligne, un méritant, un défenseur et un coach de vie

CHRONIQUE / Encore une fois cette semaine, je vous reviens avec le fruit de récentes rencontres qui ont eu lieu il y a quelques jours alors que je poursuivais ma tournée des différents arénas du Québec.

Tout d’abord, un premier coup de chapeau au jeune Jérémy Faucher, de Cowansville, que j’ai croisé récemment lors d’un match de catégorie midget AAA. Jé, à qui j’ai eu le plaisir d’enseigner il y a quelques années à l’école secondaire du Verbe Divin de Granby, fait de plus en plus parler de lui en tant qu’officiel sur ce que l’on appelle communément dans le milieu le « staff provincial ».

Ceux qui le côtoient depuis des lunes se souviendront que cet ancien gros et grand ailier avait profité du fait que le bon vieux Renaud Lessard, entraîneur-chef de l’Avalanche de Yamaska-Missisquoi bantam AA, le voyait carrément dans sa soupe pour accéder au hockey d’élite lui qui, habituellement, évoluait au niveau maison. 

Ayant toujours été un travailleur infatigable, il ne fait aucun doute dans mon esprit que Jérémy, juge de ligne qui officie dans les ligues collégiales, midget AAA, junior AAA et dans la LHJMQ, saura profiter de la chance qui lui est offerte de se faire valoir afin que nous puissions le voir d’ici quelques années dans les différents amphithéâtres abritant non seulement des franchises de la Ligue américaine, mais aussi de la Ligue nationale.

D’ailleurs, on me dit qu’il serait dans les bonnes grâces de Richard Trottier, une des éminences grises en ce qui concerne les officiels au Québec.

*****

Une autre belle rencontre a été celle avec un de mes amis de longue date, le préposé à l’équipement Stéphane Gauthier, désormais associé à l’organisation du Collège Français de Longueuil dans la LHJAAAQ. Celui que j’ai bien connu quand il était l’assistant de l’entraîneur André «Boum Boum» Paré avec le défunt Rocket de Montréal de la LHJMQ est revenu dans ses terres après avoir passé plusieurs saisons à l’extérieur du Québec, notamment avec les Bulldogs d’Hamilton, jadis une filiale du Canadien.

Celui qu’Alain Vigneault surnommait «Striker», même si avec nous il répondait au surnom de «La Varlope», Stéphane n’a pas changé. Il a encore le mot pour rire et aime toujours autant prendre soin de ses p’tits gars.

*****

Autre coup de chapeau : félicitations au jeune centre des Cantonniers de Magog (midget AAA) Émile Gadoury, qui, me dit-on, a été nommé joueur-étudiant du dernier mois au sein de sa formation. Sélectionné en 9e ronde par les Tigres de Victoriaville lors de la dernière séance de repêchage de la LHJMQ, cet athlète de Bedford, fils du très sympathique Pierre Gadoury, appartient également à nos Inouks, qui l’ont choisi l’année dernière en 5e ronde (62e au total) lors du repêchage de la LHJAAAQ. On ne peut donc que souhaiter la meilleure des chances à ce jeune provenant d’une très bonne famille.

*****

Toujours au sujet des Cantonniers, j’ai eu beaucoup de plaisir à renouer, lors d’un match les opposant aux Estacades de Trois-Rivières, avec l’un de leurs anciens défenseurs Jasmin Deschênes, qui après deux saisons dans le midget AAA (la première avec les Riverains du Richelieu de 1991-1992 et l’autre à Magog en 1992-1993), s’était expatrié dans la Ligue centrale junior A de l’Ontario pour porter les couleurs des Hawks de Hawkesbury.

Originaire de Cap-de-la-Madeleine, Jasmin est toutefois de retour en Mauricie depuis et il suit attentivement les exploits de ses deux jumeaux, Olivier et Vincent, qui endossent l’uniforme des Estacades, mais chez au niveau midget Espoir. Quand je l’ai rencontré, le paternel était très fier de Vincent, car pour la première fois, il allait fouler la glace lors d’un match de saison régulière midget AAA, lui qui avait été rappelé plus tôt dans la journée. Si vous voulez le savoir, le jeune a bien fait, très bien fait, distribuant les coups d’épaule à gauche et à droite tout en jouant très bien le un contre un, et ce, tout au long de la soirée!

Louis Bédard

ON EN JASE AUTOUR D’UN BON CIGARE

Parlant de coups d’épaule, s’il y en a un qui en a distribués abondamment tout au long de sa carrière, c’est bien l’ex-dur à cuire Louis Bédard, avec lequel j’ai une belle conversation récemment quelques minutes avant un match junior AAA à Chambly. Que faisait à Chambly celui qui depuis plusieurs années agit en tant que pompier pour la Ville de Montréal, et ce, après une carrière de 17 ans à ne refuser aucun affrontement avec des hommes forts ?

Sachez que les Forts de l’endroit, connaissant la force mentale de Louis, ont décidé de lui faire signe pour qu’il devienne, en quelque sorte, leur « coach de vie », une ressource complémentaire au travail de l’instructeur-chef Jean-Daniel St-Martin, ressource qui se spécialise dans le développement mental de l’athlète. L’ayant côtoyé avec le défunt Collège Français de Verdun au début des années 90, non seulement l’ai-je félicité de son initiative, mais je suis convaincu qu’il deviendra plus qu’indispensable au sein de sa formation.

*****

Vous avez un potin, une nouvelle ou une anecdote digne de mention ? Vous organisez un tournoi de golf, un souper-bénéfice ou toute autre activité sociale et sportive ? Vous aimeriez que Le Kid s’y déplace dans le but d’en faire l’objet de sa prochaine chronique ? Vous n’avez qu’à me transmettre un courriel et je me ferai un plaisir de vous répondre dans les plus brefs délais.