Particulièrement au cours des deux premières périodes, les Panthères n’ont cessé de bourdonner autour du filet de Marc-Antoine Dufour.

Un gros merci à Marc-Antoine Dufour

Le match opposant les Inouk aux Panthères de Saint-Jérôme, vendredi soir au centre sportif Léonard-Grondin, a démontré clairement trois choses. Que les Granbyens ont une grosse attaque, qu’ils sont forts devant le filet et que leur défensive n’a rien à voir avec celle de la saison dernière.

Les Inouk ont comblé un déficit de 3-1 et l’ont finalement emporté 6-4. Mais même si on nous accusera d’être rabat-joie, on a le goût de retenir que les Panthères ont lancé… 57 fois sur Marc-Antoine Dufour, qui a permis à son équipe de garder la tête hors de l’eau pendant deux périodes.

Après 40 minutes, pour vous donner une idée, les Panthères avaient déjà effectué 41 lancers sur le gardien de 20 ans. N’eût été de lui, clairement, les Inouk auraient encaissé un quatrième échec en sept matchs cette saison.

« Cinquante-sept lancers, c’est beaucoup, mais on s’entend qu’ils n’étaient pas tous dangereux, a expliqué Dufour, qui a de nouveau confirmé son statut de meilleur gardien du junior AAA. On a une maturité à acquérir à la ligne bleue et, en attendant, ça ne me dérange pas de me payer de grosses soirées. J’ai 20 ans et, à 20 ans, ça fait partie de la game d’en avoir plus sur les épaules. »

Le capitaine Tristan Belliveau, avec un but (qui s’est avéré le filet vainqueur) et trois passes, a dirigé l’attaque des Inouk. Marco Cavalleri et Christopher Benoit (ils ont ajouté deux passes chacun), Jérémie Major, le nouveau venu Anthony Imbeault et Nicolas Roy, dans une cage déserte, ont complété. Frédéric Abraham a ajouté deux mentions d’aide à sa fiche.

Jacob Bruneau a été le meilleur des Panthères avec deux buts.

Les Inouk ont lancé 30 fois sur Guillaume Maguire.

Nathan Martel n’était pas dans l’alignement, lui qui a été suspendu un match après avoir été puni pour coup à la tête dimanche dernier à Pierrefonds.

Bergeron : « Une question de respect »

Patrick Bergeron ne savait trop s’il devait mettre l’accent sur le retour effectué par son équipe ou sur les 57 lancers qu’elle avait accordés lorsqu’il a rencontré les médias après le match.

« On ne manque pas de munitions à l’attaque et quand les gars gardent les choses simples comme ils l’ont fait en troisième période (pendant laquelle les Inouk ont marqué quatre buts), on est dur à arrêter, a mentionné l’entraîneur. En ce qui concerne les 57 tirs, il y en a probablement eu 35 en périphérie du filet. Il faut faire attention de ne pas se laisser impressionner par les chiffres… »

Après que les Panthères aient fait 3-1 vers le milieu de la première période, Bergeron en a payé toute une à ses joueurs. Il leur a parlé de respect, paraît-il.

« C’est pas compliqué, on n’était pas là. Il y a le respect de l’uniforme qu’on porte, le respect de notre talent et celui de nos partisans, évidemment. Non, je n’étais pas content. »

Une foule de 361 spectateurs a assisté au match. Après trois rencontres à domicile, les Inouk ont attiré à peine plus de 1000 personnes au total. On se contentera de dire que c’est très peu.

Les Inouk (4-2-1) ne disputeront leur prochain match que vendredi prochain, alors qu’ils accueilleront le Titan de Princeville.