Maxime Borduas n’a disputé que 11 matchs cette saison en raison d’une blessure à l’aine. Il a tout de même récolté une douzaine de points.

Un dur coup pour Borduas et Chicoine

Les anciens Inouk Maxime Borduas et Gabriel Chicoine sont de retour au Québec après que la NCAA ait décidé de mettre un terme à sa saison de hockey. Si les deux comprennent que la santé publique doit primer, ils avouent néanmoins qu’ils ont reçu « comme une claque sur la gueule » la nouvelle de la fin de la campagne de rêve des Cadets de l’Université Norwich du Vermont.

Les Cadets, qui évoluent en division III, ont ramené une fiche de 24 victoires, deux défaites et deux verdicts nuls cette saison, eux qui ont, tenez-vous bien, blanchi l’adversaire à leurs neuf derniers matchs. En fait, leur moyenne de buts alloués a été inférieure à… un en 2019-2020.

Chicoine, qui a amassé 31 points en 28 matchs, a été élu sur la première équipe d’étoiles de la conférence de la Nouvelle-Angleterre. Le défenseur de Saint-Dominique est aussi efficace au hockey universitaire qu’à l’époque où il jouait dans la Ligue junior AAA.

Quant à Borduas, il a été ennuyé par une blessure à l’aine et il n’a disputé que 11 matchs, au cours desquels il a tout de même récolté 12 points, dont six buts.

« Honnêtement, je n’avais jamais joué pour une équipe aussi dominante, aussi solide partout, explique Borduas, de Saint-Césaire. J’ai toujours joué pour de bonnes équipes, mais là, vraiment, c’était le top du top. Nous étions favoris pour remporter le championnat national. »

Borduas, Chicoine et leurs coéquipiers ont appris jeudi dernier qu’ils n’auraient pas la chance de mettre la main sur le titre des États-Unis. Les Cadets auraient dû jouer en quart de finale samedi dernier.

« Mercredi, la NCAA avait annoncé que le March Madness allait être disputé à huis clos et on se disait alors que ce serait la même chose pour nous, souligne Chicoine. Puis, le lendemain, tout a été annulé. Compte tenu qu’on avait vraiment de bonnes choses d’aller jusqu’au bout, ça a été un dur coup, une vraie claque sur la gueule… »

Gabriel Chicoine a été élu sur la première équipe d’étoiles de la conférence de la Nouvelle-Angleterre de la NCAA.

Le choc passé, Borduas et Chicoine, eux aussi, ont fait contre mauvaise fortune bon cœur.

« Ce qui se passe, c’est grave et le sport passe deuxième, c’est normal, affirme Borduas. Tout le monde doit faire sa part si on veut vaincre le maudit virus. »

En quarantaine

Maxime Borduas et Gabriel Chicoine sont rentrés auprès de leur famille samedi dernier. Et volontairement, ils se sont mis en quarantaine.

« Il n’y avait pas de cas de COVID-19 sur le campus de l’université et le Vermont ne semble pas plus touché que le Québec, précise Chicoine. Mais on fait attention et on ne prend pas de chance. »

Au moment de quitter les États-Unis, les ex-Inouk ne sentaient pas de panique au Vermont.

« Les gens sont calmes et, comme au Québec, ils suivent les directives, estime Borduas. La dernière chose à faire, c’est bien de paniquer. »

Chicoine étudie en génie mécanique et Borduas, en gestion. Les cours sont également suspendus à l’Université Norwich, mais ils reprendront en début de semaine prochaine, en ligne cette fois.

« Ça va être différent, mais on n’a pas le choix de s’adapter à ce qui se passe », admet Chicoine.

Borduas, 22 ans, et Chicoine, 23, disputeront leur troisième saison au hockey universitaire à compter de l’automne prochain. Pour Chicoine, il s’agira probablement de sa dernière.