Le cavalier émérite Mario Deslauriers se mesurera à sa fille Lucy, une jeune vedette montante du sport équestre.

Un duel père-fille en perspective à l'International Bromont

L'élite de la sphère équestre des quatre coins du globe est à nouveau réunie à Bromont ces jours-ci, alors que l'International Bromont bat son plein jusqu'au 6 août. Parmi les moments forts à ne pas manquer figure le duel relevé entre le cavalier émérite Mario Deslauriers et sa fille Lucy, une jeune vedette montante.
« Je fais des compétitions internationales partout dans le monde. Mais revenir à la maison à Bromont, c'est toujours spécial. Rivaliser contre ma fille ici, ça amène aussi une petite touche particulière », a confié en entrevue Mario Deslauriers.
Après avoir raflé plusieurs titres dans des compétitions antérieures, la cavalière américaine de 18 ans aux racines bromontoises en sera à ses premières armes sur le circuit de la Coupe du monde dans le cadre de l'International. Père et fille ont déjà croisé le fer à quelques occasions par le passé, et Lucy a eu sa part de victoires. Mais pas question pour Mario Deslauriers de laisser la jeune prodige et son cheval Hester avoir le dessus. « Lucy et son partenaire forment un excellent duo. Ils ont des chances de l'emporter. Je lui donne des trucs et je lui dis ce qu'elle doit améliorer. Mais on vient tous pour gagner. Tant qu'elle termine sur la seconde marche du podium et moi sur la première, ça va », a-t-il lancé en riant. 
Les deux compétiteurs auront de l'opposition. Selon le directeur général de l'International Bromont, Roger Deslauriers, jusqu'à 630 chevaux fouleront le site équestre olympique au cours des prochains jours. Outre le Canada, ceux-ci proviennent des États-Unis, de Colombie, d'Allemagne, de France, du Vénézuéla et de Russie. « On a eu un nombre record d'inscriptions cette année », a indiqué celui qui compte poursuivre sur cette lancée en 2018. « Je veux aller chercher deux à trois équipes européennes de chevaux pour qu'on se démarque encore davantage sur le plan international », a-t-il fait valoir.
Subvention
Alors que des dizaines de cavaliers s'apprêtent à rivaliser sur le circuit de l'International Bromont, les organisateurs de l'événement phare du monde équestre viennent d'avoir un bon coup de pouce de Québec.
En effet, la ministre du Tourisme, Julie Boulet ainsi que son collègue à l'Éducation, Sébastien Proulx, ont annoncé par voie de communiqué, mercredi, l'octroi de subventions totalisant 194 000 $. Une tranche de 100 000 $ provient du Programme de soutien aux événements sportifs internationaux, lié au Fonds pour le développement du sport et de l'activité physique. La seconde portion est accordée par le ministère du Tourisme, par le biais du Programme de développement de l'industrie touristique - Aide financière aux festivals et aux événements touristiques. 
Coup de chapeau
Alors que la mairesse de Bromont, Pauline Quinlan amorce la dernière ligne droite de sa carrière politique, elle a tenu à imager la longue histoire qui la lie à l'International Bromont en faisant une allusion à son traditionnel couvre-chef. « Roger [Deslauriers], ce chapeau, je pense que ça fait presque 18 ans que je le prends à ce temps-ci de l'année pour venir assister aux compétitions. [...] C'est la dernière année que je le sors comme mairesse », a-t-elle dit, soulignant ensuite tout le travail accompli par l'équipe qui porte à bout de bras cette compétition de calibre mondial. Le grand manitou de l'International a repris la balle au bond. « Je voudrais seulement dire à madame la mairesse qu'elle peut garder son chapeau parce qu'on va lui trouver une job. Ça nous prend un boss de bénévoles, quelqu'un qui a [de l'expérience] », a-t-il lancé pour dérider les gens présents lors du point de presse. 
Isabelle Lapierre, une cavalière de Lévis, était du nombre. Elle ne tarissait pas d'éloges au sujet de Bromont et du site équestre olympique. « Ça doit faire une trentaine d'années que je participe aux compétitions ici. J'ai commencé alors que j'étais toute jeune. C'est toujours un plaisir de revenir à Bromont. Et je suis loin d'être la seule. C'est une belle ville et les [cavaliers] aiment venir à l'International. Il y a beaucoup d'ambiance à cause du nombre de spectateurs. Et depuis quelques années, la qualité du terrain s'est beaucoup améliorée. Je dirais qu'elle est optimale en ce moment. C'est très stimulant d'amorcer une compétition comme celle-là », a mentionné celle qui prendra part au Grand Prix.
Pour de plus amples renseignements à propos de l'événement, consultez le site internationalbromont.org