Opposant le Trackvale et le Houston Bar & Grill, la finale de la Ligue de hockey senior Richelieu débutera samedi soir à Saint-Roch-de-l’Achigan.

Un deuxième titre en trois ans pour le Trackvale ?

L’entraîneur du Trackvale, Érik Archambault, respecte énormément le Houston Bar & Grill de Saint-Roch-de-l’Achigan, l’adversaire de son équipe en grande finale de la Ligue de hockey senior Richelieu. Et ne comptez pas sur lui pour faire de grandes déclarations alors que la série au meilleur de sept matchs prend son envol.

Le Trackvale se rend à Saint-Roch samedi soir et la série se transportera à Acton dimanche après-midi. On répétera le même calendrier le week-end prochain.

« On est prêts pour une longue série, explique Archambault, dont l’équipe a néanmoins amassé trois points sur une possibilité de quatre face au Houston Bar & Grill cette saison. On affronte une équipe qui mise sur des joueurs qui ont l’expérience de la grosse compétition, qui est capable de marquer des buts (meilleure attaque du circuit) et qui se débrouille bien en défensive. Oui, on s’attaque à gros. »

Le Houston Bar & Grill a terminé au troisième rang (sur neuf équipes) du classement en vertu de son dossier de 12 victoires, six défaites et deux en bris d’égalité. Son attaque a été la plus productive de la ligue et sa défensive s’est classée au troisième rang.

« Il va falloir être très attentif à notre repli défensif et ne pas prendre de chances inutiles », ajoute Archambault, qui a pris la relève de David Morin derrière le banc à la fin octobre.

Benjamin Vincelette, qui a participé à chacun des 12 matchs du Trackvale en séries, sera devant le filet.

« Pour le reste, on n’a pas de grosses blessures, ce qui est rassurant. On se présente à Saint-Roch avec un personnel en santé. »

Le Trackvale prend part à sa deuxième finale en trois ans. Et il y va pour son deuxième championnat des séries. Des faits qui rendent plutôt fier Archambault, qui tient l’organisation à bout de bras.

« C’est beaucoup de travail, mais au moins, ça rapporte », dit-il.

Le dernier match face aux Mustangs de Saint-Hubert a attiré quelque 600 spectateurs au centre sportif d’Acton Vale. Archambault affirme « qu’il se passe clairement quelque chose en ville ».

« Il y a de l’intérêt, il y a quelque chose qui ressemble à une fièvre. J’ai hâte de voir nos foules en séries. »

Besoin d’aide

On l’a dit, Archambault tient l’organisation du Trackvale à bout de bras. Il fait absolument tout, ou presque. Et il commence à être fatigué.

« Oui, il y a des fois où j’ai envie de tout lâcher. J’ai besoin d’aide. À côté du hockey, j’ai une job à temps plein, une femme et trois jeunes enfants. Je veux continuer, mais je vais avoir besoin d’aide. Sinon… »

Le message est lancé.