Érik Archambault est à juger du sérieux des gens qui lui ont offert de l’aide.
Érik Archambault est à juger du sérieux des gens qui lui ont offert de l’aide.

Un délai supplémentaire pour le Trackvale

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
Les dirigeants de la Ligue de hockey senior A Richelieu voulaient avoir une réponse du Trackvale d’Acton Vale à la mi-juin au sujet de leur avenir. Après avoir appris qu’il n’y aura finalement pas de hockey à Brossard la saison prochaine, ils ont donné aux Valois quelques jours de plus pour statuer.

«On a jusqu’à la fin de la semaine pour voir ce qu’on va faire, explique Érik Archambault, qui est à la tête du Trackvale depuis les débuts de l’équipe, il y a trois ans. Sans Acton Vale, le circuit ne comptera plus que sept équipes. Et la ligue ne veut pas ça.»

Archambault, on le sait, a lancé un cri du cœur vers la fin du mois de mai. Seul pour à peu près tout faire au sein du Trackvale, il a demandé de l’aide. Difficile de savoir jusqu’à quel point son appel a été entendu. «Il y a de l’intérêt, je le répète, mais je suis à juger du sérieux des gens», dit-il.

Début juin, Archambault a accepté le poste de directeur général adjoint du Formule Fitness de Bécancour, dans la Ligue senior AAA. La nouvelle a plus ou moins bien passé à Acton Vale.

«C’est un petit milieu, Acton, et il se dit beaucoup de choses. C’est moi qui a amené le hockey senior A et le Trackvale, c’est mon bébé. Qu’on ne se trompe pas, je vais être le premier à pleurer si l’équipe tombe.»

La LHSR a déjà été en meilleure santé. Après avoir perdu Marieville tout juste avant le début des dernières séries, Mont-Saint-Hilaire a récemment déménagé à Brossard… avant de finalement cesser ses activités. Heureusement, Waterloo s’est ajouté au circuit à travers tout ça.