Marc-Antoine Dufour aura la lourde tâche d’affronter les tirs du Collège Français.

Un défi gigantesque attend les Inouk

Les Inouk ont rendez-vous vendredi soir avec la meilleure équipe de la Ligue de hockey junior AAA et la deuxième meilleure au pays. Face au Collège Français de Longueuil (21-1-1), le défi s’annonce… gigantesque.

Mais voici une petite lueur d’espoir si vous vous cherchez une bonne raison de vous rendre au Centre sportif Léonard-Grondin: le Collège Français sera privé des services de trois de ses meilleurs joueurs puisque les attaquants Jérémy Laframboise et Charles Tremblay ainsi que le défenseur Philippe Chapleau seront absents en raison de leur participation au Défi mondial de hockey junior A, qui débute samedi en Colombie-Britannique. Laframboise (18 buts, 57 points) et Tremblay (22 buts, 53 points) occupent respectivement le quatrième et le septième rang des marqueurs de la Ligue junior AAA.

«Longueuil représente un gros défi, c’est vrai, mais nous sommes capables de leur donner un bon match, a expliqué l’entraîneur Charles Rondeau. Je ne sais pas quel impact aura l’absence des trois joueurs en question, mais je sais que nous serons là pour jouer du bon hockey, même s’il nous manque nous-mêmes de gros morceaux.»

Rondeau devra faire sans Jacob Graveline et Samuel Michaud, toujours blessés. Et il y a toujours Christopher Benoit qui est à Sherbrooke, dans la LHJMQ.

«Il faut se serrer les coudes», a-t-il laissé tomber.

Marc-Antoine Dufour sera évidemment devant le filet.

De la progression

Charles Rondeau a une fiche d’une victoire et trois défaites depuis qu’il a succédé à Patrick Bergeron. Clairement, il pense en fonction du long terme quant à la progression de son équipe. Mais il voit de la progression.

«Si je compare au moment où je suis arrivé, il y a une belle progression au niveau de l’attitude, de l’engagement et de l’esprit de famille, a-t-il dit. Et ça, je trouve ça très positif. Mais nous avons encore du travail à faire en ce qui a trait à notre réaction face à l’adversité et à la discipline.»

Rondeau a rappelé que les Inouk ont été dans le match pendant 40 minutes à Princeville, dimanche dernier. Mais voilà, ils ont abandonné en troisième.

«C’est un processus, un long processus. On est aussi meilleurs en désavantage numérique. Mais l’idéal, c’est d’être en désavantage numérique le moins souvent possible.»

Au terme du week-end, les Inouk (11-13-2) pourraient fort bien se retrouver au cinquième rang du classement de la section 91,9 derrière les Forts de Chambly, qui recevaient les Rangers de Montréal-Est jeudi soir et qui n’avaient que deux points de retard sur les Granbyens avant le match en question. Les Forts ont trois rencontres à l’horaire en fin de semaine et les Inouk, un seul.

Dans la même veine, Rondeau affirme qu’il ne fait pas d’obsession avec le 15 décembre, date de l’ouverture de la période des transactions dans la LHJAAAQ. Car de plus en plus, la question se pose : les Inouk seront-ils vendeurs cette année?

«Moi, je fais et je ferai avec les joueurs à ma disposition. Pour l’heure, c’est le match face au Collège Français qui m’intéresse. On verra plus tard pour le reste…»