«On vient de connaître une excellente saison en matière d’assistance. Mais le printemps, encore, nous a fait mal. Et on n’a pas le choix de regarder ce qu’on peut faire afin d’améliorer nos foules du premier tiers de la campagne», explique Dominic Lussier, copropriétaire et promoteur de l’Autodrome Granby.

Un calendrier réduit à l'Autodrome Granby en 2020

Dominic Lussier a amorcé sa réflexion après un autre printemps où les foules ont été un brin décevantes à l’Autodrome Granby. Et si le calendrier de 2020 n’est pas encore coulé dans le béton, il semble bien que les amateurs seront privés d’un programme en mai prochain.

On le sait, les gens de la région adorent le stock-car sur terre battue. Mais voilà, ils sont un peu moins friands au mois de mai, alors qu’il fait à peine 10 degrés et que c’est le festival de la grosse couverture de laine dans les gradins.

« On vient de connaître une excellente saison en matière d’assistance, explique Lussier, copropriétaire et promoteur de l’Autodrome. Mais le printemps, encore, nous a fait mal. Et on n’a pas le choix de regarder ce qu’on peut faire afin d’améliorer nos foules du premier tiers de la campagne. »

En 2019, Lussier a proposé 19 programmes, plus la traditionnelle journée de pratiques, aux amateurs. En 2020, il y aura 18 programmes, plus les pratiques.

En clair, il y aura une pause de deux semaines entre les pratiques, qui auront lieu le 8 mai, et le 22 mai, soir de programme inaugural. Et au lieu d’avoir trois programmes avant la venue des sprints cars de la série Empire Super Sprints, qui lance véritablement la saison, il n’y en aura qu’un seul.

« On a analysé la situation de près, reprend Lussier. On a beau faire des promotions pour amener les gens chez nous en mai, on ne peut pas se battre contre Dame Nature. Est-ce que je peux blâmer un monsieur ou une madame de ne pas vouloir se les geler ? Non. Peut-être que moi aussi, ne pas être promoteur, je resterais à la maison quand il fait 10 petits degrés… »

Évidemment, il faut s’entendre, ils seraient nombreux à vouloir les assistances du mois de mai de l’Autodrome. Car les amateurs ne sont jamais moins que 1000 au complexe de la rue Cowie. Demandez aux Inouk, par exemple, s’ils aimeraient avoir 1000 personnes dans les gradins.

« Il reste que le site est vaste, qu’on peut asseoir quelque 5000 personnes, et que 1000 ou 1200 personnes, ça a l’air un peu fou », admet Lussier.

Au départ, les décideurs de l’Autodrome avaient en plan quelque chose de beaucoup plus drastique pour contrer les petites soirées. Ainsi, il a été question de transférer trois ou quatre courses au RPM Speedway, aussi propriété du groupe de Lussier, dont la capacité est beaucoup moindre. Finalement, une seule sera transférée.

« On a regardé ça comme il faut, dit encore Lussier. Les gens de Granby sont fidèles et on ne veut pas qu’ils soient mécontents non plus. On va réduire le calendrier d’une course et on verra ce que ça va donner… »

Vers un record… tout de même

Dominic Lussier et ses partenaires achèvent leur 10e saison en tant que propriétaires de l’Autodrome. Et s’ils sont 3500 ou plus dans les gradins vendredi soir à l’occasion de la deuxième visite de la campagne des gros blocs de la série Super DIRTcar, un record d’assistance sera battu.

« Une belle foule pour les gros blocs et nous n’aurons jamais accueilli autant de spectateurs en une saison depuis que nous sommes propriétaires de l’endroit, souligne Lussier. Nous avons eu un début de saison tranquille, c’est vrai, mais nous avons eu de grosses foules sans arrêt en deuxième partie de calendrier et il n’y a eu que trois annulations en 2019. Il faut travailler notre premier tiers de saison, je le répète, mais 2019 a été une très bonne année. »

Les gros blocs ne viendront qu’une fois en 2020, mais Lussier songe à ramener un programme spécial afin de prolonger la saison au-delà du championnat de fin de saison.

« Plus tard en septembre, il y aura une course hors-saison avec une bourse de 7500 $ versée au gagnant en sportsman à l’Autodrome Drummond. Disons qu’on va regarder attentivement le succès de l’entreprise… »