Les partisans des Castors ont chaleureusement applaudi le vétéran premier-but Jean-François Dorais, qui prendra sa retraite au terme de la présente saison.
Les partisans des Castors ont chaleureusement applaudi le vétéran premier-but Jean-François Dorais, qui prendra sa retraite au terme de la présente saison.

Un autre gain des Castors pour souligner le dernier départ de Dorais

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Les Castors ont conforté leur place au sommet du classement de la Ligue de baseball majeur du Québec grâce à une victoire de 8-4 contre les Brewers de Montréal, dimanche après-midi, au Stade Léo-Asselin. De nombreux partisans s’étaient toutefois surtout déplacés pour assister au dernier départ du vétéran premier-but Jean-François Dorais en saison régulière.

Dave Gauthier a offert l’avance aux locaux avec un simple en fin de troisième manche, puis Leonardo Ochoa a porté le coup fatal avec un double bon pour deux points en sixième.

La formation valoise surfe présentement sur une séquence de cinq gains consécutifs.

Un beau moment a précédé le dernier retrait. Gauthier s’est alors amené au premier coussin pour remplacer Dorais, qui a ensuite obtenu sa seconde ovation de la rencontre.


« J’adore le baseball et je suis encore capable de tenir mon bout sur le terrain, mais c’est de plus en plus difficile physiquement. [...] À 52 ans, ça va être le temps de tourner la page »
Jean-François Dorais a effectué son dernier départ en saison régulière

«Honnêtement, c’était une très belle fin de semaine. J’ai produit un point [samedi] et j’ai frappé un simple aujourd’hui. On a eu un beau party d’équipe et, surtout, on a gagné les deux games», s’est réjoui le Valois de 52 ans, aussi très impliqué dans l’organisation à titre de directeur général.

Le Stade Léo-Asselin aurait sans doute été rempli dimanche, n’eût été la limite de 250 spectateurs imposée en raison de la pandémie.

Les amateurs s’étaient d’abord levés en troisième manche pour la première présence au bâton de Dorais.

Le no 37 a alors été retiré après un faible roulant vers le lanceur, mais il s’est repris avec un simple en fin de quatrième. Il a aussi laissé trois coureurs sur les sentiers en cinquième, mais ses coéquipiers n’ont certainement pas tardé à lui pardonner!

«J’adore le baseball et je suis encore capable de tenir mon bout sur le terrain, mais c’est de plus en plus difficile physiquement. Je vois d’excellents jeunes comme Gauthier qui arrivent. À 52 ans, ça va être le temps de tourner la page», a-t-il affirmé.

Hommage à «Monsieur Castors»

Jean-François Dorais en est à sa 24e saison dans l’uniforme des Castors, pour une aventure couvrant pas moins de cinq décennies. Que l’heure de la retraite ait réellement sonné ou non, il gardera de précieux souvenirs et des amitiés pour la vie.

«Je vais toujours me rappeler de notre championnat des séries en 2017. On a gagné le septième match ici, avec Steve Green au monticule et 1200 personnes dans les estrades», a raconté le frappeur droitier.

Dorais a claqué deux simples en six apparitions en 2020, en plus de pousser deux coéquipiers vers le marbre. Si on se concentre sur «l’ère moderne» des Castors, il a probablement connu sa meilleure saison en 2011, alors qu’il avait produit 20 points et conservé une moyenne de ,303.

Joueur gérant pour les Castors, Bérubé côtoie Dorais depuis la relance de la concession en 2006. C’est d’ailleurs lui qui l’a incité à revenir jouer à temps plein.

«Je suis content que J-F ait reçu ces ovations aujourd’hui», a souligné le Maskoutain.

«C’est un gars du coin qui a connu les débuts de l’équipe. Si quelqu’un mérite le surnom de “Monsieur Castors”, c’est certainement lui.»

Le message annonçant le dernier départ de Dorais en saison régulière dimanche a effectivement entraîné des dizaines de messages mêlant encouragements et remerciements.

«Tu vas avoir laissé ta marque pour toujours avec les Castors. Les plus jeunes auront eu tout un modèle avec toi. Bon dernier match!», a notamment affirmé une partisane.

«Bonne retraite J-F! Un coéquipier et une personne en or», a commenté un autre internaute.

Bérubé confirme que la porte est loin d’être fermée pour Dorais, qui pourrait dépanner d’ici la fin du calendrier régulier ou encore en séries. Quoiqu’il advienne, le Valois méritait les applaudissements qu’on lui a réservés dimanche.

Lanceur partant pour les Castors, Xavier Tremblay a su se ressaisir après une première manche difficile.

Une attaque opportuniste

Revenons maintenant à l’action sur le terrain.

Lanceur partant pour les Castors, Xavier Tremblay a su se ressaisir après une première manche difficile, alors que Moises Perez Infante a cogné un circuit de deux points à ses dépens.

«Les débuts de match, c’est un peu la faiblesse de Xavier. Il doit travailler là-dessus. Par contre, c’est un gars qui travaille vite et qui garde sa défensive alerte. C’est quelque chose que j’apprécie beaucoup de lui», a fait valoir Martin Bérubé.

Tremblay a finalement accordé six coups sûrs et quatre points, tous mérités, en cinq manches sur la butte. Auteur d’un sauvetage, Alexandre Brunelle a été parfait en relève.

L’offensive locale s’est aussi mise en marche à partir de la troisième manche. Emmanuel Forcier a généré deux points, tout comme Gauthier et Ochoa. Bérubé a aussi soutiré un but sur balles alors que les sentiers étaient remplis.

«Je sais que les gars sont capables d’être opportunistes», a mentionné ce dernier.

«J’aime ce que je vois depuis quelque temps. On dépose des amortis, on vole des buts et notre défensive fait du travail.»

Les Castors termineront leur calendrier régulier avec quatre matchs en autant de jours à compter de jeudi. Ils affronteront d’abord les Pirates à Saint-Jean-sur-Richelieu, avant d’accueillir le Cactus de Victoriaville vendredi soir. La formation valoise se rendra ensuite à Sainte-Thérèse samedi puis à Coaticook dimanche.