Christopher Saurette sera de retour dans l’alignement des Maroons samedi soir en vue du match face au Métal Perreault de Donnacona qui s’annonce plutôt robuste.

Un adversaire à la portée des Maroons

Les Maroons de Waterloo amorceront la nouvelle année avec un duel qu’ils ne peuvent se permettre d’échapper alors qu’ils recevront la visite du Métal Perreault de Donnacona, samedi soir, à l’aréna Jacques-Chagnon.

Le Métal Perreault (3-12-0) traîne en effet au 10e et dernier rang du classement de la Ligue de hockey senior AAA du Québec (LHSAAAQ). Pire encore, la formation de la région de Québec a subi la défaite à ces cinq derniers matchs.

« C’est un match qu’il va falloir être prêt à remporter parce que le classement est vraiment très serré et on a eu quelques mauvais matchs dernièrement. On doit se remettre sur la bonne voie. Il reste juste six matchs avant les séries alors ça va prendre une bonne performance samedi face à Donnacona, une équipe qui nous a d’ailleurs battus en début d’année », a noté l’entraîneur et DG des Maroons, Miguel Fortin.

Sur papier, tout avantage Waterloo (7-7-2) qui siège présentement au 7e rang du circuit. Donnacona n’a remporté qu’une victoire en sept rencontres sur la route cette saison et en sera à son deuxième match en deux soirs samedi.

Le Métal Perreault est par ailleurs l’équipe qui accorde de loin le plus de buts (110 en seulement 15 parties), mais également celle qui en marque le moins (53) depuis le début de la campagne. Mais voilà, cela ne les avait pas empêchés de signer un gain de 7-5 aux dépens des Maroons en novembre lors du dernier duel entre les deux clubs.

« Il va falloir se méfier, a reconnu Fortin. C’est une équipe qui est très robuste alors c’est sûr que des fois, ça peut influencer la partie. Il va falloir jouer notre meilleur hockey, tout comme pour le restant de la saison afin d’être vraiment prêt pour les séries. »

Fortin s’attend ainsi à un match physique et les Maroons ont déjà affiché leurs couleurs en dévoilant sur leur page Facebook que le redresseur de torts Jason Desmarais, un pugiliste acquis du Formule Fitness de Bécancour, et Christopher Saurette seront en uniforme samedi soir.

« On a ajouté un peu de robustesse à notre équipe, ce qui n’est pas mauvais à l’aube des séries. Ça s’annonce pour être un match intense, la discipline va donc être importante. Ce sera aussi le cas en séries et il va falloir se préparer à ça dès demain [samedi] contre Donnacona », a relevé Fortin.

Les Maroons devront éviter de tomber dans le piège du Métal Perreault qui risque de tout tenter pour les éloigner de leur plan de match, mais Waterloo semble bien à l’aise avec le jeu robuste comme en font foi ses 77 bagarres en seulement... 16 rencontres, un sommet dans la LHSAAAQ.

Pour le reste de l’alignement, Charles Power ainsi que Jason Crack, toujours blessés, et Maxime Roy (indisponible) seront les principaux absents dans le camp waterlois. Vincent Gervais (6-4-0) sera quant à lui d’office devant le filet des Maroons pour ce duel qui débutera à 19 h 30.

Objectif : le top 4

Après s’être remis de leur mauvais début de saison, les Maroons ont mal terminé l’année 2018 en subissant trois revers à leurs quatre dernières parties.

Une piètre séquence qui a fait chuter l’équipe au classement, mais selon leur entraîneur-chef, l’objectif de terminer dans le top 4 afin de bénéficier de l’avantage de la glace au second tour des éliminatoires est encore accessible.

« C’est quelque chose qui est toujours à notre portée, mais c’est sûr qu’on va devoir aligner plusieurs victoires si on veut réussir à finir dans le top 4. On affronte beaucoup d’équipes qui sont devant nous d’ici la fin de l’année, donc tout est possible, mais c’est certain qu’il va falloir mieux performer », a admis Fortin.

Les Maroons affronteront en effet à deux reprises les Sportifs de Joliette (4e rang) et le Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine (3e rang) en plus de jouer une fois contre les Loups de La Tuque (1er) d’ici la fin du calendrier régulier.

Il s’agit d’une belle occasion de gagner quelques positions, mais aussi d’un couteau à double tranchant si les victoires ne suivent pas. « Ça va être une séquence déterminante », a résumé Fortin.