« Si vous le permettez, on va commencer par jouer le cinquième match », a mentionné Patrice Bosch au sujet de la possibilité que les Inouk et les Cobras puissent disputer trois matchs en autant de soirs.

Trois matchs en trois soirs?

Le cinquième match de la série opposant les Inouk aux Cobras, qui devait être disputé mardi à la Cité du sport, a été remis à mercredi soir, toujours à Terrebonne.

On le sait, une grande partie de la Rive-Nord de Montréal a été paralysée par une panne d’électricité. Un des secteurs touchés est justement celui du domicile des Cobras.

Ce qui veut dire que, si jamais la série se rend à la limite, Inouk et Cobras vont disputer trois rencontres en autant de soirs. Ça fait beaucoup de hockey, surtout en éliminatoires.

Dans notre édition de mardi, Louis-Philippe Denis disait que c’est l’équipe qui aura le plus de cœur qui finira par remporter la série. On peut ajouter que ce sont les joueurs du club qui seront faits le plus fort, tout simplement, qui auront le dernier mot.

« Si vous le permettez, on va commencer par jouer le cinquième match », a commenté Patrice Bosch, un brin irrité par les réflexions du journaliste.

Mais les joueurs des Inouk n’ont pas eu congé pour autant mardi puisque Bosch a convié ses joueurs à une séance d’entraînement en fin d’après-midi au centre sportif Léonard-Grondin.

« Je ne voulais pas que les gars soient deux jours sans toucher à la rondelle », a repris l’entraîneur et directeur général, qui avait déjà donné congé à ses joueurs la veille.

Au sujet précisément de la soirée de congé imprévue, Bosch a simplement mentionné que « ça ne change rien, on reprend ça dans 24 heures et c’est tout ».

Bosch n’a toujours pas voulu s’avancer sur l’alignement qu’il va présenter à la Cité du sport mercredi, se contentant de dire que certains joueurs ont rendez-vous avec le thérapeute avant le match.

Leblanc et Denis

Lorsque questionné à propos des timides performances offensives de William Leblanc et de Louis-Philippe Denis, qui totalisent un seul point à deux depuis le début de la série, Patrice Bosch a affirmé qu’il n’était pas inquiet.

« Ce que je me dis, c’est qu’ils peuvent seulement faire mieux, ils peuvent seulement débloquer. Ils ont été tranquilles jusqu’ici et la série est égale 2-2. Alors… »

Mais on sait déjà qui les Inouk affronteront en grande finale de la Ligue junior AAA s’ils se défont des Cobras. Dans l’autre duel du carré d’as, le Titan de Princeville s’est débarrassé du Collège Français de Longueuil en cinq matchs.

« Est-ce que je suis surpris ? Oui et non, a commenté Bosch. Je n’ai vu aucun film des matchs de cette série et, comme d’habitude, j’ai demandé à nos recruteurs de ne rien me dire avant que notre travail à nous ne soit terminé. On n’est pas rendus là… »