La 41e édition du Tour du lac Brome aura lieu ce week-end.

Tour du lac Brome: une 41e édition sous le signe de la stabilité

La réputation du Tour du lac Brome n’est plus à faire. Cet événement sportif en sera à sa 41e édition et plus de 3000 participants sont attendus ce week-end.

Pour cette nouvelle mouture, les organisateurs de la série des Courses thématiques misent principalement sur la stabilité.

Cette mentalité s’explique notamment par un honneur attribué au Tour du lac Brome l’année dernière. La Fédération québécoise d’athlétisme a décerné à l’événement le titre de course par excellence. Plus de 800 compétitions du genre tentent d’obtenir cette récompense. L’épreuve bromoise avait reçu la même distinction en 2011.

Cette année, les nouveautés se feront donc rares. Les coureurs avaient cependant eu droit à quelques surprises en 2018. « On a mis le paquet pour le 40e », explique Jean Joly, coorganisateur du Tour du lac Brome avec Éric Fleury.

Bien qu’il n’y ait pas d’innovations entourant la course, les services offerts aux participants en comprendront.

Un système de garderie sera notamment disponible. Moyennant un coût de dix dollars, des éducatrices spécialisées s’occuperont des enfants âgés entre six mois et dix ans. Il faut réserver pour avoir droit à une place. De plus, afin de distraire les plus jeunes en attendant les compétiteurs, des jeux gonflables seront disponibles.

Pour les petites fringales, l’organisation offrira son repas traditionnel de canard à tous les concurrents inscrits à la course ainsi qu’aux bénévoles. Ceux ne prenant pas part à l’événement auront accès à un service de food-truck disponible sur place.

Par ailleurs, des bourses seront offertes aux détenteurs des trois premières positions de la course du 20 km. Celles-ci seront remises aux gagnants affiliés à la Fédération québécoise d’athlétisme et résidents permanents du Québec. Les trois meilleurs athlètes de chaque catégorie d’âge recevront également des médailles.

Baisse des inscriptions

Toutefois, les inscriptions sont en baisse, notamment en raison du printemps froid au Québec. Les observateurs rapportent une diminution de 10 % comparativement aux années précédentes. Puisque les marathoniens se sont moins entraînés à cause de la température, certains passent leur tour pour ce rendez-vous pourtant bien apprécié.

« Les coureurs ne sont pas prêts pour la course », plaide Jean Joly.

L’activité se déroulera beau temps, mauvais temps. Les dernières prévisions météorologiques demeurent positives. M. Joly estime que les participants ne seront pas touchés par la pluie. Un contraste avec les derniers mois.