Jaden Weekes a remporté une rare finale entre gauchers par la marque de 6-2 et 6-4, dimanche au Club de tennis François Godbout de Waterloo.
Jaden Weekes a remporté une rare finale entre gauchers par la marque de 6-2 et 6-4, dimanche au Club de tennis François Godbout de Waterloo.

Tennis junior: Jaden Weekes et Sarah L'Allier couronnés à Waterloo 

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Un duel au sommet est venu clore le tableau masculin du Championnat québécois extérieur des 18 ans et moins dimanche, alors que les deux premières têtes de série étaient en action au Club de tennis François Godbout de Waterloo. Jaden Weekes a renversé le grand favori Maxime St-Hilaire au compte de 6-2 et 6-4, remportant ainsi une rare finale entre gauchers.

Le protégé de Tennis Canada a connu un solide départ, avant de connaître une légère baisse de régime au second set. Il a toutefois redressé la barre à temps pour éviter la tenue d’une manche ultime.

« J’ai vraiment bien servi et je montais au filet pour terminer mes points. Je crois que c’est ce qui a fait la différence », a analysé le résident de LaSalle, qui fêtera son 16e anniversaire dans quelques semaines, en entrevue avec La Voix de l’Est.

Même s’il avait perdu son dernier match contre St-Hilaire, Weekes croyait en ses chances contre la première tête de série. « C’était un gros défi, mais je devais prendre ma revanche ! » a lancé celui dont la mère et le père sont respectivement originaires des Philippines et de Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Selon le site de Tennis Québec, le jeune Weekes est invaincu en 14 parties disputées dans la province depuis le début de 2020. Il a remporté des tournois tenus à Sherbrooke et à Repentigny avant la longue pause imposée par la COVID-19. Comme bien d’autres, Jaden renouait avec la compétition officielle cette semaine.

De grandes ambitions

Grand responsable du programme masculin chez Tennis Canada, Martin Laurendeau a observé une progression évidente dans le jeu de Weekes au cours des six derniers mois.

« Il est capable de changer de vitesse, de rentrer dans le terrain rapidement. Il aime beaucoup attaquer et mise sur d’excellentes volées », a expliqué l’ex-capitaine du Canada en Coupe Davis.

En pleine confiance présentement, Jaden Weekes ne cache pas ses objectifs ultimes : atteindre le premier rang mondial et remporter des tournois du Grand Chelem.

« C’est plus réaliste qu’à mon époque, dans les années 80, alors que les champions canadiens étaient moins nombreux », a commenté Laurendeau.

« Aujourd’hui, les jeunes sont stimulés par les performances de Bianca (Andreescu), Milos (Raonic), Félix (Auger-Aliassime) et Denis (Shapovalov). C’est plus facile d’y croire quand plusieurs ont réussi à percer. Comme dans n’importe quel domaine, c’est bien d’avoir des rêves et des ambitions. »

Maxime St-Hilaire était évidemment déçu au terme de la finale masculine. L’athlète de 17 ans tentait néanmoins de voir le bon côté des choses.

Pour sa part, Maxime St-Hilaire était évidemment déçu au terme de la finale.

« Mon service ne fonctionnait pas très bien. Jaden a davantage dicté les échanges que moi. Il a mieux joué en général », a-t-il reconnu.

Affilié à l’Académie tennis Hugues Laverdière, située à Lévis, l’athlète de 17 ans tentait néanmoins de voir le bon côté des choses.

« Mais je vais apprendre cette défaite. J’ai joué de bons matchs cette semaine. »

Question de couronner une semaine de rêve, Jaden Weekes s’est imposé lors du match ultime du double masculin aux côtés de Christophe Clément. Ils ont alors défait St-Hilaire et Hubert Thériault.

La Montréalaise Sarah L'Allier a été sacrée championne en simple et en double à Waterloo.

Une finale extrêmement serrée 

On a également assisté à une finale extrêmement serrée chez les filles. Troisième tête de série, Sarah L’Allier a finalement arraché une victoire en deux manches de 7-6 contre Ariane Souligny (no. 2). L’éventuelle championne a notamment surmonté un retard de 4-0 lors du second set.

La Montréalaise de 14 ans n’était malheureusement pas disponible pour une entrevue au moment d'écrire ces lignes. 

La jeune L’Allier a précédemment éliminé la favorite Josie Usereau à l’étape des demi-finales samedi.

Sarah L’Allier et sa partenaire Clara Sobius ont aussi remporté la finale du double féminin aux dépens de Usereau et Janic Durocher.

Clément et Usereau sont montés sur la troisième marche du podium en simple.

Un succès malgré la COVID

On peut qualifier le Championnat québécois extérieur des moins de 18 ans de franc succès dans un contexte de pandémie. Agente de communication pour le Club de tennis François Godbout, Éliane Delbast indique que de nombreux amateurs suivaient l’action à partir du parc Robinson samedi.

Des mesures sanitaires étaient néanmoins nécessaires dans le périmètre installé à la sortie des terrains. Jaden Weekes précise toutefois que le protocole n’a pratiquement pas eu d’impact dans son cas.

« Le tournoi était bien organisé. On a bien utilisé nos masques et la distance (de deux mètres) a été respectée. Ça m’a peu affecté. Sur le terrain, j’ai fait la même chose que d’habitude », a-t-il affirmé en réponse à une question de Mme Desbast. 

La pandémie risque tout de même de nuire au développement de la relève québécoise, les déplacements à l’étranger étant plus que limités à court et moyen termes. Martin Laurendeau croit cependant que des solutions intéressantes sont possibles localement, en collaboration avec les diverses fédérations et organisations actives dans le milieu du tennis.

« Ce tournoi est un bon exemple, a-t-il souligné en pointant les quatre courts waterlois. Ça permet de rassembler les meilleurs joueurs dans leur groupe d’âge. L’esprit de camaraderie est également important. Ça aide nos athlètes à progresser. »