Stewart Friesen avait éclipsé la compétition, il y a un an, lors de la dernière visite à Granby des voitures à gros bloc de la série Super DIRTcar.

Stewart Friesen réalise ses rêves

Quand on parle de la visite des voitures à gros bloc de la Série Super DIRTcar à l’Autodrome Granby, on fait toujours référence aux pilotes américains. Mais voilà, une des têtes d’affiche de la série est un Canadien de Niagara-on-the-Lake, en Ontario.

Toutes classes confondues, Stewart Friesen est l’un des meilleurs pilotes au pays. Après s’être bâti une réputation enviable grâce à ses performances en série Super DIRTcar, il a participé à l’intégralité du championnat de la série des camionnettes de NASCAR la saison dernière, lui qui a fini septième au classement.

De retour dans la série Gander Outdoors Truck en 2019, Friesen est actuellement au deuxième rang du championnat, sept petits points derrière Grant Enfinger. Après 13 départs, il compte pas moins de huit top 5.

« C’est un rêve de compétitionner à temps plein en NASCAR et je me considère très privilégié, expliquait récemment Friesen au Toronto Star. En fait, je me considère très privilégié de gagner ma vie avec la course. Il y a tellement de bons pilotes qui n’arrivent pas à le faire… »

Friesen, qui aura 36 ans cette semaine, court parfois jusqu’à cinq fois par semaine.

« Il y a la série des camionnettes, la série Super DIRTcar, mais aussi toutes les épreuves auxquelles je participe en série DIRT dans le nord-est des États-Unis, a-t-il encore raconté au Toronto Star. Je suis occupé, mais c’est ce que je veux. »

Friesen a commencé à courir à l’âge de 10 ans, en karting. Bien qu’il possède un diplôme universitaire en sciences, sa vie a toujours tourné autour de la course, sa famille ayant même été propriétaire de pistes dans l’État de New York. Et il est même marié avec une pilote, Jessica Zemken, qui court en modifié ainsi qu’en sprint car, et ils ont un fils de trois ans.

Une première victoire

Il y a un an, Friesen a triomphé à Granby. Il s’agissait de sa première victoire à vie au Québec. Et il a hâte de revenir chez nous, si on se fie à une vidéo publiée sur la page Facebook de l’Autodrome.

« Cette première victoire à Granby et au Québec est très précieuse à mes yeux, a-t-il dit. Après tant d’années à en arracher, c’était tellement agréable de gagner. J’adore courir à Granby et au Québec et j’ai très hâte de revenir chez vous. »

Avant que les pilotes de la série Super DIRTcar ne s’arrêtent à Drummondville lundi soir, Friesen était 14e au classement. Il faut dire qu’il n’avait pris part qu’à trois épreuves sur une possibilité de six. Il comptait néanmoins une victoire et deux top 5.

Matt Shepperd était premier devant Larry Wight et Matt Williamson, tous des noms connus chez nous.

Aux vedettes américaines vont s’ajouter sept Québécois qui vont s’amener à l’Autodrome avec leur gros bloc, soit Steve Bernard, Yan Bussière, Jean-François Corriveau, Paul St-Sauveur, Dominic Dufault, Pierre Hébert et François Bellemare. Bien sûr, ils seront aussi plusieurs réguliers du vendredi soir à courir avec leur petit bloc.

Les sportsman et les slingshots, ces derniers sur la petite piste, compléteront la programmation.