«Il va y avoir plein d’Ontariens, de bons pilotes. On va essayer de leur montrer que je ne suis pas deux fois champion de suite à Granby pour rien!», lance Steve Bernier.
«Il va y avoir plein d’Ontariens, de bons pilotes. On va essayer de leur montrer que je ne suis pas deux fois champion de suite à Granby pour rien!», lance Steve Bernier.

Steve Bernier s'attend à un bon spectacle

« À chacune des courses qu’on a la chance de faire présentement, on court uniquement pour gagner parce qu’il n’y a pas de championnat. À Granby, je m’attends à ce que les gars soient agressifs, je m’attends à un bon show. »

Champion en titre en modifié à l’Autodrome Granby, Steve Bernier répondra présent samedi soir alors que débutera, à huis clos, la saison de la piste de stock-car sur terre battue de la rue Cowie. Et le pilote de Saint-Hyacinthe avoue qu’il s’en promet.

« On attend 35 voitures, il va y avoir du monde sur la piste, lance Bernier. Et il va y avoir plein d’Ontariens, de bons pilotes. On va essayer de leur montrer que je ne suis pas deux fois champion de suite à Granby pour rien ! »

Bernier en sera à sa troisième course en autant de week-ends. Il était à Cornwall il y a deux semaines (10e, des ennuis d’amortisseurs) et au Humberstone Speedway (deuxième), toujours en Ontario, la semaine passée. Il roulera encore et toujours avec son W16.

« Une course par semaine, ce n’est pas beaucoup pour moi, mais je prends ce qui passe. D’ailleurs, je lève mon chapeau aux promoteurs qui prennent des risques financiers pour présenter des courses. En même temps, je me dis qu’ils n’ont pas vraiment le choix, car il faut garder l’intérêt pour le sport. »

Des choix

Les équipes seront encore limitées à cinq personnes, dont le pilote, samedi soir. Parce qu’ils ont une équipe imposante, les frères Bernier sont donc dans l’obligation de faire des choix.

« C’est difficile de dire à certains : ‘Désolé mon chum, mais y’a pas de place pour toi’, reprend Steve. Mais bon, c’est comme ça que ça se passe présentement. D’un autre côté, la COVID a fait en sorte que plusieurs ont été moins impliqués ce printemps, ce qui facilite les décisions. »

Mais Bernier, comme plusieurs, a espoir qu’on fasse des courses « à peu près normalement » avant longtemps.

« Le gouvernement déconfine un peu plus à chaque jour et la ministre Charest a dit cette semaine dans La Voix de l’Est que les amateurs pourraient possiblement être de retour dans les gradins bientôt. Il faut être patients, mais c’est encourageant. »

Car les amateurs manquent aussi à Bernier.

« Les amateurs de courses sont passionnés, ils nous apportent beaucoup. Les courses, c’est une grande fête, un gros party. Et un party sans personne, c’est pas pareil, mettons ! »