«Je ne me suis jamais senti désavantagé cette saison avec mon W16», explique Steve Bernier.

Steve Bernier: le titre «le plus prestigieux» à confirmer

Steve Bernier n’est plus qu’à quelques heures de voir son titre de champion en modifié à l’Autodrome confirmé. Et il a hâte.

« Il faudrait que je sois malchanceux pas mal pour que le championnat m’échappe, avoue Bernier, qui s’apprête à mettre la main sur le titre à Granby pour une deuxième année de suite. Mais tu sais, tant que ce n’est pas fait, ce n’est pas officiel… »

Bernier, qui compte six victoires cette saison, possède une avance de 63 points sur David Hébert, deuxième. Si on se fie à Tommy Lavallée, relationniste de l’Autodrome, le Maskoutain pourra célébrer dès qu’il aura obtenu un bon résultat lors des qualifications. Les chances d’Hébert ne sont véritablement plus que mathématiques.

« On aura beau dire, mais je le répète : Granby, c’est le championnat le plus prestigieux, c’est là que tout le monde rêve de gagner, dit-il. Ça a été un beau moment quand j’ai triomphé l’an dernier et ça va en être un autre beau si je gagne encore cette année. »

Il y a un an, Bernier s’était pointé à l’Autodrome lors du dernier programme comptant pour le championnat avec une avance de 105 points sur Steve Bernard. On peut dire qu’il s’arrange pour éviter les soirées stressantes…

Un pari qui a tourné en sa faveur

On s’en souviendra, Steve Bernier avait surpris un peu tout le monde en début de saison lorsqu’il a annoncé qu’il allait courir avec un moteur W16 en 2019. Le pari, audacieux aux yeux de plusieurs, a finalement tourné en sa faveur.

« Je ne me suis jamais senti désavantagé cette saison avec mon W16, explique-t-il. C’est vrai qu’on a travaillé fort pour trouver les bons ajustements, mais c’est un bon moteur, qui est doux et qui s’est avéré beaucoup plus fiable que je l’imaginais au départ. Des bris, je n’en ai pas eus. »

Les succès de Bernier pourraient faire en sorte que les derniers récalcitrants vont finir par se convertir au W16. À moins, comme la rumeur le laisse entendre, que le coût lié à l’achat du moteur se mette soudainement à grimper…

« Mes succès auront probablement un impact, c’est vrai. Je ne suis pas là pour faire la promotion d’un moteur ou d’un autre, mais moi, je suis bien servi par le W16. C’est tout ce que j’ai à dire. »

Samedi, Bernier pourrait aussi être couronné au Airborne Speedway de Plattsburgh. Là-bas aussi, il défend son titre.

« C’est une bonne saison, c’est vrai. Et cette année, j’ai eu beaucoup d’aide dans la préparation de la voiture. Ça a fait une différence, ça a été un gros plus. »

Depuis toujours, qu’importe le sport, les gens aiment s’associer aux meilleurs.