« Je ne suis plus tout à fait le même homme et le même pilote et je pense que ça commence à paraître », explique Steve Bernier.

Steve Bernier: «Je suis rendu à gagner»

Alors qu’il ne reste que deux programmes comptant pour le championnat au calendrier, Steve Bernier domine le classement des pilotes chez les modifiés avec une avance de 93 points sur l’autre Steve, Bernard celui-là. Jamais, depuis ses débuts en modifié en 2014, il n’a été en tête aussi tard en saison.

« Je ne suis pas nerveux, parce que j’ai un bon coussin, explique Bernier, joint au garage jeudi soir alors qu’il travaillait sur sa voiture. Mais c’est certain que l’idée de triompher à l’Autodrome Granby me fait rêver. Granby, qu’on le veuille ou non, c’est la place où tout le monde veut gagner. »

Bernier rappellera que son frère François a mis la main sur quatre titres en modifié à Granby et qu’il a lui-même triomphé une fois et puis une autre en sportsman. Mais ce premier titre dans la grosse classe, il le veut.

« J’ai eu de bonnes saisons avant cette année, mais là, je suis rendu à gagner. Je ne suis plus tout à fait le même homme et le même pilote et je pense que ça commence à paraître. Même après toutes ces années en piste, je continue à progresser. »

Bernier affirme qu’il est plus mature et qu’il est plus patient en piste. Il parlera aussi de l’opération aux yeux qu’il a subie l’hiver dernier et qui a considérablement amélioré sa vision.

« Quand on regarde ça, je n’ai qu’une victoire cette année à Granby, mais j’ai sept deuxièmes places, je pense, et j’ai été très régulier. Je suis souvent parti de loin, j’ai dû effectuer plusieurs remontées et ça m’a appris à être patient, à attendre le bon moment avant d’attaquer. Est-ce que je suis devenu plus sage ? Sérieusement, je crois que oui. »

Bernier est aussi en tête du championnat à Plattsburgh et il est deuxième au classement de la série DIRTcar 358 derrière l’Ontarien Chris Raabe.

« Il nous reste cinq courses à faire et, pour l’emporter, il faut que je gagne trois fois. Alors, même si je pourrais me permettre d’être prudent à Granby, je vais débarquer sur la piste pour gagner. »

Pelletier : 135 points d’avance
Dans les autres catégories, Martin Pelletier est celui qui détient l’avance la plus confortable, lui qui montre une priorité de 135 points sur Alex Lajoie. Mais puisqu’il reste trois finales chez les sportsman (il y en aura deux la semaine prochaine en raison d’une épreuve remise en raison de la pluie), Lajoie a encore le droit de rêver un brin au titre, même si ses chances sont surtout mathématiques.

Bruno Cyr devance pour sa part Guy Viens par 59 points chez les pro-stock alors que Claude Cournoyer, lui, a une priorité de 52 points sur Danick Sylvestre, d’Ange-Gardien, chez les sports compacts.

En raison de la présence des bolides de la série Empire Super Sprints, vendredi soir, les sports compacts vont prendre congé. Il leur reste tout de même deux finales à disputer, la dernière étant prévue pour le 14 septembre, lors du programme de clôture de la saison.

Claude Bourbonnais (à gauche) et son ami français Ludovic Gherardi, un pro du rallye, semblent s’en promettre.

UN INVITÉ EN SPORTSMAN : CLAUDE BOURBONNAIS ! 

On attend une belle foule, vendredi soir à l’Autodrome, alors que les bolides de la série Empire Super Sprints seront en ville. Il s’agira de leur seul passage à Granby cette année puisque leur première visite, en juin, avait été annulée à cause de la pluie.

Les Steve Poirier, son neveu Jordan, Alain Bergeron, Dale Gosselin et les pilotes américains vont à nouveau attirer l’attention, mais il y aura aussi un intérêt particulier pour les sportsman en raison de la présence de… Claude Bourbonnais et du Français Ludovic Gherardi, un pro du rallye, un grand ami du Québécois.

Bourbonnais, dit-on, n’a pas piloté une voiture de course depuis 15 ans. 

Dans les années 1990, en tant que membre de la défunte Filière Player’s, il a connu sa part de succès en Formule Atlantique, en plus de participer aux 500 Milles d’Indianapolis et aux 24 Heures du Mans.

Aujourd’hui âgé de 53 ans, Bourbonnais se retrouvera sur la terre battue grâce à son ami Keven Beaucage, ex-pilote en sportsman et associé d’Andrew Ranger à l’école de pilotage de ce dernier à Sanair, et évidemment Dominic Lussier, une vieille connaissance.

L’expérience ne devrait pas avoir de suite, surtout que Bourbonnais est candidat dans le comté de Vaudreuil pour la Coalition avenir Québec. Mais voilà, l’homme a vraiment envie de vivre l’expérience de la terre battue.

« Lorsque Keven m’a parlé des envies de Claude, j’ai été emballé, a expliqué Lussier. Ça me fait vraiment plaisir de l’aider à réaliser ce petit rêve. Ça a été un de nos grands pilotes et c’est un véritable honneur de l’accueillir chez nous. »