Steve Bernard a décidé de revenir en arrière.
Steve Bernard a décidé de revenir en arrière.

Steve Bernard revient à ses anciennes amours

Après avoir roulé avec un châssis Teo pendant une saison, Steve Bernard va renouer avec Bicknell en 2020.

Le Granbyen n’a pas obtenu les résultats escomptés la saison dernière. Et après avoir analysé la situation comme il faut avec les gens de son équipe, il en est venu à la conclusion qu’il devait revenir en arrière.

« Je ne dirais pas que nous avons connu une mauvaise saison dans l’ensemble, explique Bernard. Mais on s’attendait à mieux, c’est vrai. On a travaillé fort, mais l’adaptation a été difficile. »

Fin août, alors qu’on s’apprêtait à tirer un trait sur la campagne à l’Autodrome Granby, Bernard avait avoué avoir trouvé la saison « très dure mentalement ».

« Certains diront peut-être que je ne me suis pas donné assez de temps pour bien m’adapter à la nouvelle voiture, mais je ne suis pas d’accord. N’oubliez pas que nous roulons à Granby, Saint-Marcel, Drummondville, Cornwall, Brockville… J’en fais des courses en une saison, moi ! »

Si Bernard répète que l’adaptation au châssis Teo a été difficile, il ne mettra pas tout le blâme sur cet élément en analysant les résultats de la dernière saison.

« Il faut être honnête : je pense que ça a été notre pire année en matière de malchances et de bris mécaniques. C’est pas compliqué, ça n’a pas arrêté. Ça a clairement joué dans nos performances. »

Des discussions

Avant de décider d’effectuer un changement de châssis, Bernard a notamment discuté de la situation avec son père Jocelyn, son chef d’équipe, ainsi qu’avec ses neveux Evan et William Racine, eux-mêmes pilotes.

« J’ai demandé à Evan et William s’ils pourraient éventuellement être intéressés à rouler avec un châssis Teo et la réponse a été non. Seulement au niveau des pièces, c’est très compliqué d’entretenir deux types de voitures. C’est une décision que nous avons mûri longuement, qui n’a pas été prise sur un coup de tête. »

En cours de saison dernière, Bernard avait mentionné que « l’idéologie derrière un Bicknell et un Teo est très différente ». Mais il n’a pas voulu rentrer dans les détails de ce qui n’avait pas fonctionné à son goût.

« Moi, je suis comme ça : j’aime essayer des choses. On a essayé le châssis Teo et ce n’était pas le meilleur fit pour nous. Ce n’est pas plus grave que ça. Et ça n’enlève rien à la qualité de l’équipement, on s’entend. »

Dans la même veine, Bernard a tenu à remercier les gens d’Ultrafab, à Granby, qui distribue le châssis Teo.

« Ils ont tout fait afin de nous aider à bien nous adapter au nouveau châssis. On ne pouvait vraiment pas leur en demander plus. »