«L’idéologie derrière un Bicknell et un Teo est très différente et ça demande une adaptation. La conduite est différente, les réglages ne sont pas les mêmes, on parle vraiment d’autre chose», explique Steve Bernard.

Steve Bernard ne craint pas le changement

Steve Bernard ne s’en cache pas : lorsqu’il monte à bord de sa voiture en ce début de saison, ce n’est pas la victoire à tout prix qu’il recherche.

C’est que, voyez-vous, le pilote granbyen a apporté un changement important en optant pour un châssis Teo au cours de l’hiver. Après une quinzaine d’années à rouler en Bicknell, il avait l’impression que le temps était venu d’essayer autre chose.

« On court deux ou trois fois par semaine et on se pose toujours la même question : qu’est-ce qu’on peut faire pour être plus rapide ? , explique Bernard. L’occasion s’est présentée et on s’est dit : “OK, c’est l’temps, on est rendus là ! ” »

Évidemment, on ne change pas de châssis comme on change de pneus. Bernard a jusqu’ici effectué cinq sorties avec son nouvel équipement et il a notamment fini cinquième il y a une semaine à l’Autodrome Granby.

« L’idéologie derrière un Bicknell et un Teo est très différente et ça demande une adaptation, reprend-il. La conduite est différente, les réglages ne sont pas les mêmes, on parle vraiment d’autre chose. Ce qui fait qu’on est toujours en train de se poser des questions, de refaire des trucs, on est toujours dans l’essai-erreur. Mais c’est correct. C’est un nouveau défi et c’est une autre façon d’avoir du plaisir. »

Chose certaine, personne ne pourra dire que Bernard a peur du changement. La semaine dernière, il avait un moteur W16 dans son modifié et il a aussi changé de fabricant au niveau de la suspension arrière de son bolide.

« C’est une grosse année, c’est vrai. Et c’est pour ça que, à l’heure où on se parle, on ne vire pas fou avec les victoires. On va toujours aux courses pour gagner, mais ce n’est pas à tout prix. L’approche est différente. Nous ne sommes qu’en mai, peut-être que le discours va changer en juillet, je ne sais pas… »

Encore cette année, Bernard participe aux championnats des pistes de Granby, Drummondville et Saint-Marcel, où il a remporté trois titres de suite. On le verra aussi de temps en temps à Cornwall et à Plattsburgh.

Avec le W16 encore

Steve Bernard a par ailleurs confirmé qu’il roulera à nouveau avec le moteur W16 vendredi soir alors que sera présentée la 33e édition du Championnat de l’Estrie.

« C’était ma première véritable sortie avec le W16 la semaine dernière et honnêtement, je ne peux pas dire que je l’ai trouvé moins performant, dit-il. On n’a pas de plan de match précis par rapport au W16, je pense qu’on va y aller au feeling, autant à Granby qu’ailleurs. On verra… »

Et à travers tout ça, Bernard continue à s’amuser.

« C’est une année spéciale, avec de nouveaux challenges qui s’offrent à nous, et j’aime ça. J’aime courir, mais j’aime aussi tout ce qu’il y a autour, comme la préparation. Quand on arrive avec plein de nouveautés comme cette saison, j’ai l’impression de participer un peu à l’avancement de notre sport. »