Simon Després travaille à retrouver ses repères au bâton.
Simon Després travaille à retrouver ses repères au bâton.

Série face aux Ducs: Simon Després a confiance

Michel Tassé
Michel Tassé
La Voix de l'Est
« Les Ducs, c’est un gros défi. Il va falloir faire ce qu’on a à faire, jouer le baseball qu’on est capables de jouer. Mais je suis confiant. »

Simon Després semble excité en pensant à la série finale de la section Rawlings qui opposera, à compter de jeudi soir, les Guerriers aux Ducs de Longueuil. Au meilleur de cinq matchs, le duel débute au Parc Paul-Pratt avant de se transporter au Stade Napoléon-Fontaine dans le cadre d’un programme double samedi.

« Ça va être du bon baseball, reprend Després. Les Ducs ont changé pas mal au cours des dernières saisons. Au lieu de miser sur deux ou trois gros joueurs qui font tout le travail, ils sont beaucoup mieux balancés. Et il y a cette rivalité entre les deux équipes. Ça va être bon… »

On compte trois anciens Ducs au sein des Guerriers : Xavier Langlois, Xavier Bégin et William Élie-Boulanger, qui achèvent tous leur stage junior. Et ils voudront battre leur ancienne équipe.

Thomas Sansregret sera au monticule pour les Guerriers jeudi. Il avait aussi entamé la série face aux Cards de LaSalle.

« On a plusieurs bons lanceurs et c’est une de nos forces. Dans une série où on peut jouer jusqu’à cinq matchs en quatre jours, c’est un gros avantage. »

Il se cherche

Simon Després l’avoue : il se cherche sur le terrain actuellement. Il n’a frappé que deux petits coups sûrs en 12 présences au bâton face aux Cards, lui qui n’avait frappé que pour ,235 en saison régulière. Rappelons qu’il avait frappé pour ,370 l’an dernier.

« Ça ne va pas à mon goût, c’est certain, laisse tomber celui qui a été transformé en arrêt-court cette saison. Il faut que je retrouve mes repères, mais il ne faut pas non plus que je m’impose trop de pression. Des gars capables de frapper la balle, il y en a plein chez nous… »

Després, de Belœil, veut devenir policier. Et cet été, il était cadet dans la Sûreté du Québec. Ce qui explique pourquoi il n’a participé qu’à six matchs.

« Ça complique les choses quand tu n’es pas aussi souvent sur le terrain qu’à l’habitude. Tu perds quelque chose. Là, au moins, je suis là et je ne raterai rien d’ici à la fin des séries. »

Després, 21 ans, étudie présentement en techniques policières au Campus Notre-Dame-de-Foy, dans la région de Québec. Oui, il partira de Québec pour jouer au baseball à Longueuil jeudi.

« Mes profs sont compréhensifs, c’est l’fun. Il faut que je pense à mon avenir, mais le baseball, ça reste quelque chose de très important pour moi. »